Les lits en diagonale d'Anne Icart Chronique N°2

Les lits en diagonale – Anne Icart - Robert Laffont – août 2009 – 156 pages

les lits en diagonales

Si l’année dernière vous aviez aimé « Où on va Papa ? » de Jean-Louis Fournier, vous ne pouvez pas être insensible à « Les lits en diagonales » d’Anne Icart.

Lorsque j’ai choisi ce livre, j’ai d’abord été attiré par l’ours en peluche de la couverture et par ce que j’ai lu en quatrième de couverture. Je croyais que ce livre était un roman mais ce n’est pas un roman, mais plutôt un témoignage.

Philippe et Anne sont frère et sœur. Il a cinq ans de plus qu’elle. Anne a sept ans lorsque sa mère lui explique que son frère Philippe est malade et qu’il ne guérira pas. Elle reçoit l’information comme une claque et comprend qu’il faudra toujours veiller sur son frère. Il faudra l’aimer plus que les autres.

Anne découvre aussi ce jour là « Que tu n’es donc pas un héros, mon héros, mon grand frère sécurisant, admirable, qui me rassure quand j’ai peur du noir et des pieuvres martiennes. Mon héros dont je n’ai pas remarqué les mots qui butent contre ses lèvres, dont je n’ai pas vu la démarche chaotique, les retards accumulés. Je n’ai rien vu de tout ça, jamais, aveuglé par une admiration immense. Mon frère adoré. »

Leurs sentiments sont extrêmement forts et multiples. Anne nous raconte la vie de la famille des années 70 à nos jours. A travers les souvenirs d’enfance à Paris ou en vacances, on ressent la complicité et l’amour qu’ils ont l’un pour l’autre, les moments de rires sont multiples. Mais ce n’est pas facile avec les autres, ceux qui se moquent.

Puis avec l’adolescence apparaît la culpabilité, la peur du futur, la difficulté d’aimer un autre homme pour construire sa vie.

« Je ne voulais pas exister telle que j’étais. Mieux que toi. Je ne me suis pas autorisée à réussir là où tu n’as jamais pu. Et ailleurs non plus. Je n’ai pas voulu me mettre en avant pour ne pas qu’on nous compare. Pour que tu restes un héros. Envers et contre tout. »

J’ai lu très rapidement ce livre (environ 1 heure) les phrases sont courtes et percutantes et j’ai été touchée par ce récit simple, bouleversant et très fort. On découvre la difficulté d’être la petite sœur « normale » d’un grand frère « pas comme les autres ».

« J’ai les pieds dans le béton. Ce n’est pas très drôle d’être la petite sœur d’un frère handicapé. J’ai l’impression d’avoir des tas de choses très lourdes à porter, en plus de tes ailes en miettes. Que Maman te protège plus que moi et que c’est normal. Que Papa veut que je sois brillante et que c’est normal. Que je dois tout comprendre et que c’est normal. Que je dois tout accepter et que c’est normal. Que je n’ai pas droit à l’erreur. Parce que je suis normale. Normal. Normal. Normale. Handicapé. Personne ne sait à quel point je suis nouée à toi. Pas même moi. »

Ce livre est, pour moi, un vrai coup de cœur !

Chronique réalisée par Cécile qui tient le blog  A propos des livres.

—–  Présentation de l’éditeur ————-

« Je préfère la photo où tu me serres dans tes bras. On a l’air de s’aimer à la folie. On s’aime à la folie. » De l’enfance à aujourd’hui, l’histoire bouleversante d’une petite sœur « normale » et de son frère « pas comme les autres ».

Il a cinq ans de plus qu’elle, ils dorment dans la même chambre, leurs lits en diagonale, et il est son grand frère adoré, son héros. Anne a à peine sept ans – « l’âge de raison » – quand sa mère lui dit que Philippe est malade, et qu’il ne guérira pas. Elle ne comprend pas tout, elle est trop petite, mais elle reçoit l’essentiel, de plein fouet : elle comprend qu’il faudra toujours veiller sur lui. Ne jamais le laisser seul. L’aimer plus fort que les autres. De ce jour, elle va grandir le cœur accroché à son frère, « son héros aux ailes brisées », handicapé mental à cause d’une césarienne faite trop tard lors de sa naissance.

Comme des instantanés ultrasensibles de leurs vies, les souvenirs affluent, mêlant passé et présent, parfois cruels et

douloureux, le plus souvent tendres et joyeux, voire cocasses. Et avec eux des sentiments extrêmement forts, le désir sauvage de protéger, la honte, le remords, la rage impuissante, la culpabilité, la peur, la difficulté à construire sa vie à soi, à aimer d’autres hommes – mais surtout l’amour, cet amour plus fort que les autres. « Personne ne peut imaginer comme je suis nouée à toi ; même pas moi » : c’est ce qu’elle raconte ici, de leur enfance dans les années 1970 à aujourd’hui où « tout va bien », parce que le regret de ce qui aurait pu être a laissé la place à l’acceptation de ce qui est vraiment.
Portée par une écriture lumineuse, l’émotion vous prend dès les premières pages et vous mène d’une traite jusqu’à la dernière ligne de ce récit aussi fort que bref : c’est rare.

—– Biographie de l’auteur ————-

Ariégeoise de cœur mais Parisienne depuis toujours, Anne Icart est née en 1968. Elle exerce la profession de rédactrice juridique. Les Lits en diagonale, son premier livre, a déjà été vendu, sur manuscrit, en Italie et aux Pays Bas.

—– Quatrieme de couverture ————-

Il a cinq ans de plus qu’elle, ils dorment dans la même chambre, leurs lits en diagonale, et il est son grand frère adoré, son héros. Anne a à peine sept ans –  » l’âge de raison  » – quand sa mère lui dit que Philippe est malade, et qu’il ne guérira pas. Elle ne comprend pas tout, elle est trop petite, mais elle reçoit l’essentiel, de plein fouet : elle comprend qu’il faudra toujours veiller sur lui. Ne jamais le laisser seul. L’aimer plus fort que les autres. De ce jour, elle va grandir le cœur accroché à son frère,  » son héros aux ailes brisées « , handicapé mental à cause d’une césarienne faite trop tard lors de sa naissance. Comme des instantanés ultrasensibles de leurs vies, les souvenirs affluent, mêlant passé et présent, parfois cruels et douloureux, le plus souvent tendres et joyeux, voire cocasses. Et avec eux des sentiments extrêmement forts, le désir sauvage de protéger, la honte, le remords, la rage impuissante, la culpabilité, la peur, la difficulté à construire sa vie à soi, à aimer d’autres hommes – mais surtout l’amour, cet amour plus fort que les autres.  » Personne ne peut imaginer comme je suis nouée à toi ; même pas moi  » : c’est ce qu’elle raconte ici, de leur enfance dans les années 1970 à aujourd’hui où  » tout va bien « , parce que le regret de ce qui aurait pu être a laissé la place à l’acceptation de ce qui est vraiment. Portée par une écriture lumineuse, l’émotion vous prend dès les premières pages et vous mène d’une traite jusqu’à la dernière ligne de ce récit aussi fort que bref : c’est rare

.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin