Peur noire d’Harlan Coben

cobenPeur noire d’Harlan Coben – Fleuve Noir

traduit par Paul Benita

En avant première, j’ai eu la chance d’avoir entre les mains un exemplaire non final de Peurs noires d’Harlan Coben et avoue avoir été assez excité par le fait de pouvoir enfin lire un ouvrage de cet auteur connu (il fait partie des 50 maîtres du polar du dernier numéro du magazine littéraire).

L’intrigue démarre assez rapidement, le héros, Myron Bolitar agent sportif,  est poursuivi par l’ancien amour de sa vie (qui s’est mariée avec son pire ennemi). Elle vient lui demander de l’aide pour sauver son fils malade. Ce dernier a besoin d’une greffe de moelle osseuse pour survivre. Un donneur potentiel a été identifié mais a disparu. L’ex réussit à convaincre Myron de le retrouver avant qu’il ne soit trop tard en lui annonçant que ce fils malade est également le sien. S’ensuit une enquête qui dépasse largement le cadre initial en mêlant le FBI, un tueur en série, le fils disparu d’une famille richissime, des enlèvements, un journaliste déchu accusé de plagiat…

Si comme moi, vous êtes débutant dans la catégorie Harlan Coben, vous serez surpris par le héros Myron Bolitar. Comment un agent sportif peut-il se métamorphoser en brillant enquêteur, disposant d’alliés hors du commun ? Notamment son associée qui est une génie de la recherche d’informations cachées : du style retrouver l’institutrice d’une personne disparue depuis près de 30 ans ou son meilleur ami Win, un psychopathe / mercenaire disposant d’un arsenal à sa disposition ? Peut être que les titres précédents des aventures de notre ami Myron donnent des explications sur cet heureux concours de circonstances mais sans le contexte des épisodes précédents, c’est peu crédible !

Le personnage ayant peu d’épaisseur,  je n’ai pas été très sensible à ses interrogations sur les relations père / fils qui est un thème cher à Harlan Coben qui a perdu ses parents alors qu’il n’avait pas vingt ans.

Le roman se passe dans la région de New York et est truffé de références à des émissions ou personnalités que le lecteur a des fois du mal à saisir mais qui brosse un portrait sans concessions de la vie en banlieue new yorkaise qui est intéressant.

Le style est pour un polar assez décalé. Myron et son équipe passent leur temps à faire des vannes et autres calembours y compris dans les moments les plus dramatiques. On aime ou on aime pas et personnellement j’ai fini par trouver ça pénible et décrédibilisant certaines scènes (notamment les dialogues avec le FBI). On est loin du roman noir. Quand on lit qu’Harlan Coben est présenté comme « le maître de vos nuits blanches », on ne doit pas tous avoir les mêmes nuits blanches.

Malgré ces points négatifs, l’intrigue est prenante et la narration incisive sous forme de chapitres courts. On n’a de cesse de savoir si le jeune Jeremy pourra enfin recevoir sa greffe de moelle osseuse et le suspense est bien géré tout au long du livre

En résumé, un livre pour la plage (dommage qu’il sorte en septembre) et pour les habitués de Monsieur Coben. Pour les débutants voulant se lancer, à mon avis privilégier les premiers volumes des tribulations de Myron Bolitar pour découvrir et mieux apprécier ce personnage qui le mérite peut être. Pour les amateurs de romans noirs, il faut mieux attendre janvier prochain pour American Madness de James Ellroy.

Chronique rédigée par Bastien Hillen



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin