Une femme simple et honnête de Robert Goolrick Chronique N°1

Une femme simpleUne femme simple et honnête de Robert Goolrick aux éditions Editions Anne Carrière

1907, Wisconsin.
Ralph Truitt vit isolé dans son monde, tiraillé par ses pulsions sexuelles et la répulsion que ces dernières lui inspirent. Veuf depuis de nombreuses années, il décide de se trouver une femme qui saura l’écouter, le comprendre et l’aimer : Une femme simple et honnête.

Il est 16H. Nous sommes en plein hiver et il fait déjà sombre. C’est dans ce froid intense que Ralph Truitt scrute l’horizon à la recherche d’un train. Les mains croisées dans le dos, les jambes bien ancrées dans le sol, le regard droit. Il guette ce train qui a l’outrecuidance d’arriver en retard.

Dans ce train, Ralph attend une femme dont la photo est à l’abri dans sa poche. Cette femme, il ne la connaît pas. Elle a répondu à son annonce et a accepté de venir le rencontrer.

Elle s’appelle Catherine Land.

Catherine, élevée et malmenée par un père alcoolique, trouve refuge dans les bibliothèques. Boulimique, elle s’y nourrit de récits d’aventures et ne cesse de voyager aux quatre coins du monde à la rencontre d’autres civilisations.

Épouser Ralph Truitt n’est dans son esprit qu’un tremplin vers un nouveau rêve : celui d’une femme libre, amoureuse et riche.
Libre et veuve surtout. Car elle a décidé d’utiliser quelques petites gouttes d’arsenic pour se séparer rapidement et sans douleur de ce futur mari encombrant.

Mais c’est sans compter sur Ralph Truitt, qui lui aussi, a ses propres plans sur ce mariage. Chacun possédé par ses propres démons, va aller à la rencontre de l’autre.

Avec des mots justes et puissants, Robert Goolrick sait raconter l’amour, le chagrin, les trahisons et désillusions.

Dès les premières pages, j’ai cru lire du Henry James. Goolrick a le même talent de pouvoir décrire avec finesse et justesse les paysages froids de la campagne du Wisconsin et les âmes torturées qui y résident.

Ce roman sombre, sensuel est une sublime ballade meurtrière. A ne surtout pas manquer en ce mois de rentrée littéraire où il va pleuvoir des romans à chaque coins de rue.

Une femme simple et honnête de Robert Goolrick // Traduction de l’excellente Marie de Prémonville // Editeur : Editions Anne Carrière (19 août 2009)

Chronique rédigée par Valunivers

Quatrième de couverture :

Wisconsin, automne 1907. Sur un quai de gare, Ralph Truitt, magnat local craint et respecté, attend un train en retard alors que s’annonce une tempête de neige. Ce train renferme son dernier espoir, une promesse de bonheur et d’harmonie retrouvée. Ralph Truitt a placé plusieurs mois auparavant une annonce dans un journal de Chicago, dans laquelle il a écrit qu’il était à la recherche d’une femme fiable, ayant renoncé aux illusions romantiques, mais sachant apprécier le confort d’un foyer. Dans le train, Catherine Land s’apprête à le rencontrer. Elle lui a répondu qu’elle était cette femme simple et honnête qu’il appelait de ses vœux. Pour mieux l’en convaincre, elle se débarrasse de ses derniers atours de courtisane et se déguise en cette épouse modèle qu’elle compte bien incarner à la perfection, le temps de parvenir à ses fins.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin