L’annonce de Marie-Hélène Lafon Chronique N°1

lafonL’annonce de Marie-Hélène Lafon chez Buchet-Chastel, 195 pages

Les campagnes du Cantal où rien ne semble bouger, où les maisons et les gens se ferment, où l’avenir est derrière soi, ce décor si familier à Marie-Hélène Lafon est campé une nouvelle fois.

Paul n’est plus tout jeune et il ne veut pas se laisser prendre au piège du célibat presque inhérent à sa situation d’agriculteur coincé entre métier, oncles et sœur.

Au début du roman une certaine Annette raconte son arrivée à la ferme,  sa difficulté à se faire accepter avec son fils et petit à petit on découvre que Paul a envoyé une petite annonce pour trouver une femme ; ce ne fut pas simple car il fallut compter avec les réticences des oncles et de Nicole (Marie-Hélène Lafon excelle vraiment dans la description de ces personnages aigris, silencieux, frustrés, désespérés). La jeune femme vient du nord et sa vie d’avant ne fut pas rose, c’est peut être ce qui l’a aidée à tenir, à lutter, à persévérer dans son projet de construire une vraie famille.

On voit naître un véritable amour entre ces deux êtres blessés, doucement par petites touches, la description des mains de Paul ou des moments partagés entre l’enfant et les adultes autour des mots croisés.

Même si la superbe description de la nuit (personnage à part entière) au début du récit, nous fait froid dans le dos, on se prend à espérer que, pour une fois, la nature parfois ingrate et les « derniers indiens » ne condamneront pas les campagnes à une désertification inéluctable.

Marie-Hélène Lafon y croit-elle elle-même ?

Chronique rédigée par Marie-Jeanne Chambrion pour Chermedia

Quatrième de couverture :

Paul a quarante-six ans. Paysan, à Fridières, Cantal. Cinquante-trois hectares, en pays perdu, au bout de rien. Il n’a pas tout à fait choisi d’être là, mais sa vie s’est faite comme ça. Paul n’a qu’une rage : il ne veut pas finir seul, sans femme.

Annette a trente-sept ans. Elle est la mère d’Eric, bientôt onze ans. Elle n’a jamais eu de vrai métier. Elle vient du Nord, de Bailleul. Annette a aimé le père d’Eric, mais ça n’a servi à rien, ni à le sauver du vertige de l’alcool, ni à faire la vie meilleure. Alors elle décide d’échapper, de recommencer ailleurs, loin.

D’où l’annonce. Paul l’a passée. Annette y a répondu.

Sauf qu’il y a les autres. Le fils silencieux, et la mère d’Annette. Et les autres de Paul, ceux qui vivent avec lui à Fridières. Les oncles, propriétaires des terres. Et la sœur, Nicole, dix-huit mois de moins que Paul, qui n’a pas de mari pas d’enfant.

L’Annonce, nouveau roman de Marie-Hélène Lafon, raconte cette histoire d’amour.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin