Quelque chose en lui de Bartleby de Philippe Delerm

delermQuelque chose en lui de Bartleby de Philippe Delerm – Mercure de France

M. Spitzweg est un employé de la poste, un petit employé, par choix, M. Spitzweg n’aspire à rien, ou alors à passer inaperçu comme le personnage de Melville, Bartleby. Mais un jour, M. Spitzweg ouvre un blog comme toi derrière ton écran, antiaction.com connaît le succès, mais M. Spiztweg n’aspire toujours à rien.

Delerm ce sont « des petits plaisirs minuscules » ou alors des bouts de vie comme les nôtres, la vie de M. Spitzweg c’est un peu la nôtre, quand il prend le métro, décrit les enfants qui jouent dans le parc, va au café lire le journal, on pourrait être avec lui.

Ca se lit avec une sorte de plaisir, de bien-être, ça s’oublie vite, mais on peut s’y replonger tellement facilement, et puis dans ce Delerm il y a toujours ce Paris que j’aime.
Un petit roman qui se lit bien vite, s’oublie tout aussi vite, mais nous laisse flotter un sourire sur les lèvres.

Chronique réalisée par Ori

Quatrième de couverture

« www.antiaction.com est pris d’assaut. Beaucoup de compliments, qu’Arnold a d’abord trouvé outranciers, mais on s’habitue vite. Ces enthousiasmes suivis d’épanchements sont souvent signés d’un prénom féminin accompagné d’une adresse e-mail, mais Monsieur Spitzweg s’est promis de ne pas répondre. Certaines correspondantes comprennent cette attitude : « Ne perdez pas votre temps. Continuez seulement à cueillir le meilleur des jours. » Cueillir le meilleur des jours pour des Stéphanie, des Valérie, des Sophie ou des Leila, voilà qui n’est pas sans flatter l’ego d’Arnold, même s’il cueille davantage encore pour des Huguette ou des Denise.


Le jour où Arnold Spitzweg crée son blog, une petite révolution est en marche : l’employé de bureau discret jusqu’à l’effacement cède donc à la modernité mais sans renier ses principes. Sur la toile, à contre-courant du discours ambiant prônant l’activité outrancière, il fait l’éloge de la lenteur et décrit l’inclination naturelle à la paresse. Contre toute attente, les écrits intimes d’Arnold Spitzweg résonnent avec force chez des milliers d’internautes : on le félicite, on le sollicite, on parle de lui à la radio… L’homme anonyme fait l’événement. Comment vivra-t-il cette subite notoriété ? »



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin