Dernière sortie avant l'autoroute de Craig Ferguson

Dernière sortie avant l'autorouteDernière sortie avant l’autoroute de Craig Ferguson aux éditions Sonatine

Lorsque Barbey d’Aurevilly reçoit le petit livre de nouvelles de Mme de Saint-Mars, « Le jeu de la Reine », voilà ce qu’il note dans son journal : « Commencé les fadasses « Nouvelles » de Mme de Saint-M[ars] tout en me faisant coiffer. Comment avaler toutes ces meringues sans vanilles ? ». Pourtant, lorsqu’il doit en faire la recension pour un journal littéraire, le ton est très différent : « En vérité, quand on lit ces lignes, écrites avec un si mol abandon, mais dans lesquelles le négligé n’est pourtant pas de la négligence, on ne croirait point que la main qui les a tracées fût celle d’une femme de notre temps, et que cette façon de juger les émotions de la vie appartînt à qui peut les causer toutes et partager les plus noblement exaltées ». En vérité, s’il se donne tant de mal pour en dire du bien, c’est que Mme de Saint-Mars, alias la comtesse Dash est une amie intime d’Armance du Vallon, sa maîtresse à qui il ne peut rien refuser…

Pour ma part, j’espère me montrer bien plus objectif en faisant une petite critique du livre de Craig Ferguson : « Dernière sortie avant l’autoroute », Sonatine éditions. Il se trouve que je dois chroniquer la rentrée littéraire pour le compte du site culturel Ulike. Je viens d’en terminer la lecture qui m’a laissé un ensemble d’impressions assez contrastées. C’est un bon livre, intelligent et bien fait, mais j’ai eu quelque mal à pénétrer son imaginaire. Il faut dire qu’il est assez particulier. La narration est centrée sur la destinée de plusieurs personnages assez singuliers, et notamment sur celle de George, un avocat atteint du cancer et qui part vivre une dernière histoire d’amour à Paris, et de son ami d’enfance, Frazer, un célèbre télévangéliste écossais qui doit fuir aux USA après un scandale sexuel, et dont la route croisera celle du fils de Franck Sinatra, une star de sitcoms et son frère jumeau obèse et pervers.

Il s’agit du premier roman de Craig Ferguson qui est également acteur, metteur en scène et scénariste. Il signe là un ouvrage assez sarcastique qui n’hésite pas à dénoncer les travers de la culture contemporaine en nous plongeant dans le monde trouble des télévangélistes millionnaires, des escort girls, des producteurs particulièrement vicieux et des scientologues illuminés. On y retrouve l’influence évidente de John Fante et de Bukowski. Une influence sans doute trop présente car il m’a semblé que de nombreuses scènes de sexe venaient un peu, pardonnez-moi l’expression, comme des poils de pubis sur la soupe… Il y a aussi le côté « road movie » dont ne peuvent décidément pas se passer les générations d’écrivains américains post-beatnik :

« Ainsi le saint homme écossais en robe à fleurs jaune avec ses lésions cérébrales et ses dents cassées, le Tutsi homo chef de gang, le junkie en cavale et le strip-teaseuse de quarante kilos quittèrent-ils Delray dans une Chevrolet Caprice décapotable violette, direction l’autoroute ».

En gros, un livre à conseiller pour les amateurs de Jack Kerouac à la sauce Quentin Tarantino. Mais ce n’est pas forcément avec les vieilles sauces réchauffées qu’on fait les meilleurs plats…

Ps : A la fin du livre, dans sa note au lecteur, il y a cette interrogation qu’il pose et qui est aussi souvent la mienne : « J’avais me cœur brisé quand j’ai écrit ce livre. Ce genre d’état est-il nécessaire pour stimuler la créativité ? Peut-on être heureux et créatif ? »

Chronique réalisée par Marc LeFrançois

Quatrième de couverture :

Après des années de débauche médiatique, une rédemption est-elle encore possible ? C’est la question que se pose Fraser, star de la télé écossaise qui, après avoir été au cœur d’un scandale sexuel, décide de se refaire une virginité en gagnant la Floride, à l’invitation de deux jumeaux nés d’une soirée de débauche entre leur mère et le Rat Pack de Frank Sinatra. Après des années de mariage sans amour et sans autre horizon que la maladie, reste-t-il encore un espoir ? C’est ce que se demande George, un avocat de Glasgow, en route pour un dernier tour de piste entre Londres et Paris, où l’attend une femme merveilleuse dont les six derniers maris sont décédés de mort violente. Fraser et George, les deux amis d’enfance, auraient-ils perdu leur âme ? Et comment la retrouver dans un monde où télévangélistes, scientologues, patrons de studios bipolaires et escort girls hystériques finissent par rendre les serial killers sympathiques ?



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin