Pour une vie plus douce de Philippe Routier Chronique N°2

Pour une vie plus doucePour une vie plus douce de Philippe Routier chez Stock

Il est des livres comme des hommes : on les côtoie en pensant qu’ils ne nous apporteront rien jusqu’à ce qu’un détail nous interpelle et nous fasse découvrir ce auprès de quoi nous aurions pu passer.

Bertrand travaille à la Poste lorsqu’il rencontre Sandrine, dans une agence de crédit. A partir de ces mots, le ton est donné. Ce couple sans histoire va vivre, va se laisser (trop) tenter par tous les mirages d’un confort d’une société de consommation. De crédits en découverts et découvertes Sandrine se rend compte qu’il n’y a d’autre solution que la fuite et ce, malgré leur jeune fils. Confié à la garde du Père, la vie au travers du regard acéré d’un enfant qui nous parle de ses peurs, mais aussi l’absence de sa Mère.

Pour un sujet grave, l’auteur nous livre l’existence d’une famille avec une plume si légère qu’on est à peine surpris de rire très souvent notamment lors de l’évocation de l’acquisition du super barbecue Viking Premier, mais aussi lors du geste fatal que commet son Père afin de les délivrer de cette existence vide de sens. C’est aussi l’émotion et les questions d’un enfant qui grandit et qui se heurte à la cruauté de ses camarades, à leurs moqueries et à l’indifférence générale.

Chronique réalisée par Muriel Sainton pour Chermedia

Quatrième de couverture :

Au début c’est une histoire presque banale. Celle d’un couple qui rêve d’une vie meilleure et se laisse séduire par les illusions du monde consumériste.

Bertrand travaille sur une plate-forme colis de la Poste. Ayant raté les divers concours de promotion interne, il n’a aucune chance de voir sa carrière évoluer. Sandrine est une ouvrière spécialisée précaire. Ils se marient, ont un enfant et s’installent dans un ILM de Sartrouville. Ils pourraient y vivre modestement mais le couple a pris l’habitude de s’offrir à crédit ce qu’il désire. Pourquoi vivre au rabais alors que des organismes financiers proposent une existence plus douce ? Ils empruntent lourdement pour acheter un pavillon. Le père craque pour un barbecue à gaz ultra luxueux et une cheminée écolo dernier cri. L’engrenage du surendettement broie la famille qui explose. L’homme se retrouve seul avec son fils de neuf ans. Poursuivi par les créanciers, victime d’humiliations quotidiennes qui ne laissent entrevoir qu’un avenir misérable, il décide de commettre l’irréparable.

Pour une vie plus douce prend le pouls de notre société de consommation à travers l’histoire d’une famille modeste, étranglée par les crédits, dont la vie tourne au drame. Cependant il y a de l’espoir et beaucoup d’humour dans ce roman incisif où pointent une belle humanité, une tendresse sincère pour des personnages vrais, pudiques et attachants. Des êtres fragilisés qui s’arrangent avec une vie d’injustices et de malheurs et se révèlent magnifiquement solidaires. En filigrane, la relation du père et du fils, forte et émouvante, pose subtilement les questions des liens familiaux et de la culpabilité.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin