Le silenciaire d'Antonio di Benedetto

silenciaire_di_benedettoLe silenciaire d’Antonio di Benedetto chez José Corti

Résumé :

 » « Être dans le bruit ». Telle est la consigne, […] « Le monde sera bruit ou ne sera pas » « , dénonce le narrateur-sans-nom, le silenciaire du roman. Du bruit, il dit encore qu’il asservit, qu’il corrompt l’être, qu’il est un instrument-de-non-laisser-être. Entre un monde voué au bruit et le protagoniste, le conflit est donc irréductible. Fuyant les bruits de la ville qui le persécutent jusque dans sa chambre, le narrateur-sans nom entraîne sa mère et son épouse dans la vaine et interminable quête d’un lieu inaccessible au son. Il a beau affirmer qu’à l’inverse de son grotesque et tragique ami Besarión il tient en bride aspirations et imaginations, qu’il s’acquitte des devoirs du foyer et du bureau, peu à peu les nœuds qui rattachent au quotidien se défont. Le champ de sa conscience tend à se rétrécir jusqu’à ne plus laisser entrer – paradoxalement – que ce dont il a une crainte obsessionnelle, à savoir les bruits. Enfermée dans une perception mono maniaque de la réalité, s’égarant dans des ratiocinations compulsives, sa raison s’altère et chancelle. Cependant, pour malade qu’elle soit, la conscience du narrateur-sans-nom reste une conscience rebelle aux prises – et en prise – avec le monde. Pour évoquer la longue chute de son triste héros, Benedetto bannit les artifices rhétoriques et les discours explicatifs ; il use d’une langue sobre, ne s’attachant qu’à l’essentiel, et d’une efficacité étonnante. Son écriture laconique, mordante, incisive, et qui ignore superbement les transitions de la narration traditionnelle, est par ailleurs d’une étonnante souplesse. Car la sobriété du style n’est point chétivité ; celui-ci est au contraire riche de nuances et se plie à toutes sortes de registres : familier, soutenu, descriptif, réflexif, voire, lyrique.

Mon avis :

Mon opinion sur ce livre est très mitigée.

Je n’ai pas trop accroché au style de l’auteur. Je l’ai trouvé plat, monotone et sans rebondissements. Ce qui m’a rendu la lecture de certains passages plutôt ennuyeuse.

En revanche, j’ai bien aimé l’histoire de cet homme que le bruit insupporte et qui ne va pas hésiter à s’isoler de sa famille et du monde pour ne plus être gêné par les bruits ambiants. Il ira très loin dans ses actions pour ne plus rien entendre. En plus, ce pauvre monsieur vit dans les années 50, période où la technologie commence à prendre de la place dans la vie quotidienne, comme la télévision, les voitures sont de plus en plus présentes, bref, que des choses bruyantes!

Conclusion : une histoire très intéressante mais avec un style monotone, fait que mon sentiment sur ce livre est partagé.

Chronique rédigée par Diddy



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin