L'évasion d'Adam Thirlwell

THIRLL’évasion d’Adam Thirlwell chez L’Olivier

Voilà ce que le résumé me promettait: « Qu’est-ce qui peut conduire un banquier âgé de 78 ans, citoyen britannique et juif, à s’installer dans un palace d’Europe centrale pour une durée indéterminée ? Haffner est un homme à femmes, il ne l’a jamais caché, et son séjour dans ce spa luxueux devrait lui permettre de vérifier que son pouvoir de séduction est intact. Et puis, il y a la villa confisquée par le gouvernement local soixante ans plus tôt, et qu’il a pour mission de récupérer. Mais la véritable raison est ailleurs. Haffner est un éternel adolescent – il en a les appétits et la naïveté – et un libertin. C’est un déserteur qui s’efforce d’échapper à l’âge mûr et à ses maux – la gravité, le sens des responsabilités, l’expérience. Mais peut-on vraiment s’évader de sa propre vie ? N’est-ce pas un leurre de plus, une illusion que nous propose le Destin, comme une farce ultime avant la disparition définitive ?  »

Récit d’une vie racontée, aux souvenirs mêlés de voyages, de famille et surtout de conquêtes féminines. On découvre un portrait de plus en plus intimiste d’Haffner, le lecteur peut même finir par ressentir de la compassion pour l’homme d’âge mûr qui se retourne sur son passé. Un genre qui peut avoir ses adeptes.

C’est un style particulier que le récit-loupe où on observe un personnage, à la limite du voyeurisme. Rythme languissant et ellipses temporelles….pas vraiment ma tasse de café, pas vraiment une lecture qui me marquera…

Chronique rédigée par Faelys



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin