Starvation Lake de Brian Gruley

arton2394-d20e3Starvation Lake de Brian Gruley au Cherche-Midi éditeur

Ce roman m’a irrésistiblement rappelé ce film de Rob Reiner vu et adoré il y a une vingtaine d’années.
Pourquoi ? Une petite ville Starvation Lake, à la frontière canadienne, un groupe d’enfants unis par une passion commune : le hockey, et une amitié de chaque instant entre Gus Carpenter, surnommé Trap, et Andel Cambell alias Soup. Ces surnoms que les garçons se sont attribués quand ils étaient enfants n’ont pas été abandonnés à l’âge adulte. Peut-être parce que les deux hommes n’ont jamais vraiment grandi ? Pour ceux qui connaissent « Stand by me », les points communs sont nombreux.
L’histoire démarre alors que Gus est de retour dans sa bourgade d’origine. Il a travaillé dix ans pour un journal prestigieux de Détroit mais a été démissionné pour avoir porté atteinte dans des articles dignes du Pulitzer à une grande firme automobile. Il vivote donc au Pilot, la feuille de chou locale, et retrouve les habituelles railleries qui l’avaient éloigné de la ville. Adolescent, goal dans l’équipe « municipale », il a laissé passer un palet lors de la finale d’Etat, et les habitants depuis ce jour n’ont de cesse de lui rappeler ce « triste » épisode.
Plus que les moqueries de la population, le plus dur à supporter pour lui a été le comportement de « Coach », l’entraîneur adulé, qui s’est alors détourné complétement de lui.
A trente-quatre ans, ses vieux souvenirs le hantent encore et cela ne risque pas de s’améliorer car la motoneige de son ancien mentor refait surface au milieu d’un lac. Celui-ci s’est noyé accidentellement dix ans auparavant. L’affaire semblait classée mais l’engin porte des impacts de balles…
Notre journaliste va enquêter, retourner sur ses pas et reconsidérer son passé, non plus avec ses yeux d’enfant mais avec le regard acéré de l’amateur de « scoop ». L’attrait principal de ce roman, c’est la description de Starvation Lake, de cette petite communauté où tout le monde se connaît. Gus a voulu s’éloigner de cet endroit pour gagner un peu de recul et d’anonymat. Ses démarches pour comprendre les mystères qui entourent la mort de son coach vont l’obliger à côtoyer de nouveau tous les adultes qui sont des figures familières depuis sa naissance.
Au fil des jours, notre homme va perdre beaucoup de ses illusions… mais comme dans le film, Soup va pouvoir compter sur Trap pour le soutenir dans les épreuves. Preuve que dans ce petit univers parfois sordide, une amitié nouée dans l’enfance peut offrir une planche de salut, voire même guérir certaines blessures intimes.
Ce premier roman de Bryan Gruley m’a bluffée ! Trois soirs de lecture non-stop à entendre le glissement des patins sur la glace et à guetter le souffle d’un passé qui veut renaître..

Chronique rédigée par Armande

Quatrième de couverture :

Visiter le site du livre : http://www.starvationlake.com/



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin