USA 1976 de William Cliff

arton16118-22cd5USA 1976  de William Cliff aux éditions de La Table Ronde

Dans ce roman autobiographique, l’auteur belge revient sur son voyage initiatique aux Etats-Unis en 1976, impulsé par sa fascination pour les Américains et l’American way of life.

Présenté de la sorte, annoncé par une quatrième de couverture alléchante, le sujet augure de belles pages d’évasion et promet de découvrir les Etats-Unis d’alors, à travers le regard d’un jeune européen.

1976… L’année où les Eagles entonnaient leur « cultissime » Hotel California

« On a dark desert highway, cool wind in my hair

Warm smell of calitas, rising up through the air »

Malheureusement, la lecture de ce récit lasse.

Le propos aurait pu plaire s’il n’avait été noyé dans un style absolument indigeste. Dès les premières lignes, William Cliff abuse de façon caricaturale de points d’exclamation et de parenthèses, ce qui nuit indéniablement à la fluidité de son récit.

Ensuite, il raconte avec une excessive lenteur et une multitude de détails son premier voyage en avion : embarquement, escale, formalités douanières, attente des bagages… tout y passe et les phrases s’étirent à l’excès.

Malgré les efforts déployés pour trouver un intérêt quelconque à cette histoire, le lecteur assiste impuissant aux pérégrinations sexuelles d’un jeune européen aux Etats-Unis.

Bien courageux qui arrive à lire ce livre jusqu’à la fin.

Chronique rédigée par Marisa

Quatrième de couverture :

Un jeune homme prend l’avion pour la première fois de sa vie et se lance dans un « audacieux voyage », sans tabous ni clichés. Au gré de son humeur et de ses rencontres, il arpente New York, Boston, San Francisco… Les grands espaces, les marches éreintantes et puis aussi une fascination, un sourire, une lumière, qui rafraîchissent et donnent de l’élan…



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin