Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom de Barbara Constantine

genere-miniature.aspxTom, petit Tom, tout petit homme, Tom de Barbara Constantine chez Calmann-Lévy

De quoi ça parle :

C’est l’histoire de Tom et de sa mère Joss. Tout cela pourrait être une histoire comme les autres si Tom, 11 ans, n’avait pas une maman de seulement 25 ans. En effet, toute jeune, Joss, a eu une relation qui l’a laissée enceinte, du premier coup… Et le jeune homme n’a pas été tenu au courant de sa paternité.
Actuellement, ils habitent un vieux mobil-home et joindre les deux bouts s’avère vraiment difficile. Joss travaille à mi-temps avec la folle idée de passer le bac en candidat libre. Et Tom agrémente le quotidien de rapines dans le jardin des voisins. C’est ainsi qu’un jour, il va sauver la vie d’une petite grand-mère tombée dans son jardin. Et cette rencontre va réellement changer ses habitudes, sa vie. Et puis ressurgit celui qui est son père, et qui ne le sait pas.
Une belle histoire, celle d’un enfant qui tente de se construire et celle d’une trop jeune maman.

Ce que j’en ai pensé :

Je n’irai pas par quatre chemins : lisez-le. C’est bien écrit et c’est intelligent.
Joss est une jeune femme qui est complètement perdue. Avoir un enfant alors qu’on en est encore un pose un certain nombre de questions. Et cette jeune femme a bien du mal à se positionner dans un rôle de mère, à savoir comment élever cet enfant tout en menant sa vie de femme. Et il faut le dire, c’est surtout sa vie de femme qui est privilégiée. Joss a bien du mal à trouver les priorités et à assumer ses responsabilités.
Tom est un garçon épatant et touchant. Et son amitié avec la grand-mère, Madeleine, est un beau message sur les sentiments inter-générationnels mais également une belle leçon sur l’entraide. C’est ce genre de garçon qui pousse seul, au soleil, comme une herbe folle.
J’ai également été très touchée par le personnage du père qui s’attache à cet enfant avant même de savoir que c’est le sien.
Et puis le changement de point de vue de chapitre en chapitre, proposant jusqu’au point de vue des animaux de la grand-mère, est savoureux. Chaque ressenti permet d’éclairer cette histoire par touche successive. Un beau mélange de rire et d’émotions.

Hormis le lien familial que l’on découvre à la fin et qui m’a semblé un peu tiré par les cheveux, j’ai vraiment aimé ce livre qui est une tranche de vie comme on les aime. Malgré la difficulté, les personnages avancent et se construisent ensemble.

Chronique rédigée par Mille et une pages

Quatrième de couverture :

Tom a onze ans.
Il vit dans un vieux mobil-home déglingué avec Joss, sa mère (plutôt jeune : elle l’a eu à treize ans et demi). Comme Joss aime beaucoup sortir tard le soir, tomber amoureuse et partir en week-end avec ses copains, Tom se retrouve souvent tout seul. Et il doit se débrouiller. Pour manger, il va dans les potagers de ses voisins, pique leurs carottes, leurs pommes de terre… Mais comme il a très peur de se faire prendre et d’être envoyé à la Ddass (c’est Joss qui lui a dit que ça pouvait arriver et qu’elle ne pourrait rien faire pour le récupérer), il fait très attention, efface soigneusement les traces de son passage, replante derrière lui, brouille les pistes.
Un soir, en cherchant un nouveau jardin où faire ses courses, il tombe sur Madeleine (quatre-vingt-treize ans), couchée par terre au milieu de ses choux, en train de pleurer, toute seule, sans pouvoir se relever. Elle serait certainement morte, la pauvre vieille, si le petit Tom (petit homme) n’était pas passé par là…



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin