En cuisine de Monica Ali

en-cuisine

En cuisine de Monica Ali, aux éditions Belfond

Le roman de Monica Ali « En cuisine » m’a semblé au départ un peu « indigeste » : un mélange du film « Ratatouille » et du roman d’Anna Gavalda « Ensemble, c’est tout » où l’un des protagonistes est cuisinier. Et puis, au fil des pages, je me suis laissée entraîner dans le sillage du chef, Gabriel Lightfoot, qui perd peu à peu pied, victime d’une sévère dépression.

Le cadre de l’histoire est L’Imperial, hôtel restaurant londonien qui a connu son heure de gloire mais n’a plus le lustre d’antan : plus de fleurs fraîches pour orner les tables mais des imitations en soie… Le personnage principal a sous ses ordres une brigade multiculturelle : les chefs de partie viennent d’Inde, d’Afrique ou d’anciens pays du bloc soviétique. Quant aux plongeurs, nul ne songe même à demander leur nationalité tant la probabilité est forte qu’ils mentent sur leur origine pour dissimuler qu’ils sont sans papiers. Il est secondé par Oona, une femme d’un certain âge dont l’apparente indolence de fille des îles cache une véritable efficacité.

Tout semble aller pour le mieux, Gabriel Lightfoot compte rester un an dans cette place et ensuite ouvrir son propre restaurant en association avec un homme d’affaire et un politicien. Il réfléchit même à la possibilité de s’installer avec Charlie, sa compagne depuis trois ans. Notre homme a quarante-deux ans, est à la croisée des chemins et paraît prendre la bonne direction… Le désintérêt pourrait poindre à l’horizon pour le lecteur, un personnage heureux est souvent un personnage ennuyeux.

C’est alors qu’un des employés découvre le corps de Yuri, un plongeur, dans les catacombes de l’établissement qui servent de caves. Cet événement va déclencher chez Gabriel un questionnement tant sur les circonstances de ce décès que sur son propre parcours. Lui qui vivait centré sur sa passion pour la cuisine va ouvrir les yeux sur son père mourant, sur sa soeur que les années ont « capitonné » de graisse comme pour se constituer une couche protectrice, sur ses premières années qu’il va accepter de regarder avec le recul d’un adulte et non plus la naïveté d’un enfant. Parallèlement, il s’engage dans une relation avec Lena, une jeune plongeuse, qui s’était installée avec Yuri dans les catacombes du restaurant : pitoyable abri clandestin de ceux que la pauvreté contraint à accepter n’importe quel toit. Notre cuisinier l’héberge chez lui et établit avec elle une relation étrange et chaotique.

Le personnage s’enfonce alors dans une sorte de folie, admirablement décrite par Monica Ali, comme s’il lui fallait se consumer pour mieux renaître.

Ce roman est un plat plein de saveurs, métaphore culinaire facile mais qui reflète vraiment mon sentiment. L’auteur a su mêler la description d’un milieu, celui de la cuisine d’un grand restaurant, au parcours semé d’embûches de son héros. Elle a su se glisser dans la peau d’un homme en proie à une crise existentielle majeure, un homme dont les pensées frémissent, bouillonnent créant une véritable tempête sous un crâne, un homme qui en proie au doute devient plus humain, plus fragile, plus intéressant aussi que le patron autoritaire qui ne voulait entendre comme paroles que des « Oui, chef ! » criés d’un bout à l’autre de sa cuisine.

Chronique réalisée par Les livres bonheur d’Armande.

Description de l’éditeur

Chef des cuisines de l’hôtel Impérial, un palace plus vraiment à la hauteur de sa splendeur d’antan, Gabriel Lightfoot doit composer chaque jour avec une équipe cosmopolite et chahuteuse, une petite amie chanteuse qui se pose des questions sur leur relation et un père malade qui lui laisse des messages aussi laconiques que culpabilisants sur son répondeur.

Une mort va faire voler en éclats son fragile équilibre : le corps d’un des employés est retrouvé dans les sous-sols du restaurant. Une mort solitaire, anonyme, parmi ces travailleurs immigrés interchangeables. Soudain, Gabriel prend conscience que ses cuisines cachent bien des secrets : trafics en tous genres, prostitution, chantages, violence quotidienne…

Surgit Lena, une fille de l’Est, mystérieusement liée à cette mort. Irrésistiblement attiré par cette femme en perdition, Gabriel va prendre une décision qui remettra en question tout ce en quoi il avait cru jusqu’ici…



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin