Soufi, mon amour d'Elif Shafak

soufi-mon-amour

Soufi, mon amour d’Elif Shafak, aux éditions Phébus


Parce que l’amour est l’essence même, le but de la vie. Comme Rûmi nous le rappelle, il frappe tout le monde, y compris ceux qui le fuient, y compris ceux qui utilisent le mot « romantique » pour marquer leur réprobation.

Autant le dire d’entrée de jeu : ce roman m’a littéralement cueillie. Très intéressée en ce moment par la spiritualité, j’ai tout de suite été intéressée par le résumé qui été proposé, aussi me suis-je tout de suite proposée pour le lire et en faire le commentaire pour les chroniques de la rentrée littéraire, et je ne le regrette vraiment pas.

Il y a des livres qui changent notre vie. C’est l’histoire d’un tel livre qui nous est racontée ici.

La vie d’Ella est un plan d’eau tranquille. Une vie monotone, sans éclat, un mariage sans passion avec un homme avec qui elle ne communique pas sur le plan spirituel, et qui la trompe. Mais cela lui convient. C’est une vie finalement assez cliché : maison, enfants, chien, assurance-vie. L’amour n’a pas sa place dans cette existence. Et puis, un jour, une pierre vient troubler la sérénité de ce plan d’eau, qui ne sera alors plus jamais le même. Ella est lectrice pour une agence littéraire, et c’est ainsi qu’atterrit dans ses mains Doux Blasphème, d’un certain A. Z. Zahara, un roman à la fois historique et mystique. Un roman qui va bouleverser sa vie, et qui lui était en quelque sorte personnellement destiné. Un roman (que le lecteur peut lire en même temps qu’Ella) qui raconte la rencontre du poète Rûmi et du derviche Shams de Tabriz. Un roman dont l’amour est la clé.

Je dois avouer que ce roman m’a vraiment beaucoup fait réfléchir. L’histoire de cette transformation d’une femme en une autre par le biais de sa lecture est réellement fascinante, tout comme le roman à l’intérieur du roman. Mais surtout, au fil du texte s’égrainent les quarante règles de vie de Shams de Tabriz, que médite Ella, et avec elle le lecteur. Je n’ai pas pu m’empêcher d’ailleurs de noter certaines de ces règles dans un petit carnet, et je les relis régulièrement tant elles sont porteuses de sens, la règle des règles étant bien sûr d’aimer.

Chronique rédigée par Irrégulière

Quatrième de couverture :

Ella Rubinstein a en apparence tout pour être heureuse : une jolie maison dans le Massachusetts, trois beaux enfants, un chien fidèle. Mais, à l’aube de ses quarante ans, elle se demande si elle n’est pas passée à côté d’elle-même. Les infidélités de son mari ne sont plus un mystère et les cours de cuisine du jeudi ne suffisent pas à exalter sa vie monotone. Décidée à reprendre une activité professionnelle, elle est engagée comme lectrice par un agent littéraire. Sa première mission : rédiger une note sur un manuscrit signé Aziz Z. Zahara. Ce roman, qui retrace la rencontre entre le poète Rûmi et le plus célèbre derviche du monde musulman, Shams de Tabriz, va être une révélation pour Ella. Au fil des pages, elle découvre le soufisme, le refus des conventions et la splendeur de l’amour. Cette histoire se révèle être le miroir de la sienne. Aziz – comme Shams l’a fait pour Rûmi sept siècles auparavant – serait-il venu la libérer ?



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin