Corps de Fabienne Jacob

Corps Fabienne JacobCorps de Fabienne Jacob aux éditions Buchet Chastel

« Ne croyez pas ceux qui disent le corps change. Il change pas. »

Monika travaille dans un institut de beauté. Les femmes défilent, dévoilent leur corps et parfois leur âme. Elles ont en commun ce corps qu’elles trimballent comme un fardeau, celui qu’elles espèrent voir Monika façonner, transformer.

Un sujet foisonnant qui touche, j’en suis certaine, la majorité d’entre nous. Hommes, femmes du quotidien qui sommes bien incapables de lutter contre la concurrence de la crème anti-ride Photoshop.

Je suis une aficionados des histoires de femmes, de celles presque tribales, que l’on pourrait raconter autour du feu. En ouvrant ce livre, j’étais prête à être bousculée, remise en question, touchée.

Malgré de beaux passages, l’écriture m’a claqué la porte au nez. Impossible d’entrer dans ce langage parlé, avare de négations et de virgule. De plus en plus hermétique au style de l’auteure, le livre m’est tombé des mains.

Quand je lis ceci…
« Presque aucune des femmes qui viennent ici n’aime son corps. Les magazines qu’elles lisent à l’entrée sont remplis de corps de femmes qui n’existent pas. Elles veulent avoir le même, elles aussi, un corps qui n’existe pas. Leur corps à elles existe c’est ça le problème. Trop, à leur goût. »

…ou encore cela
« Je n’aime pas les femmes comblées, tout le monde pense qu’elles sont heureuses elles ont tout pour l’être. Je ne le pense pas, elle ne sont pas heureuses j’aime mieux les femmes à qui il manque quelque chose celles qui désirent à celles qui possèdent. J’aime mieux celles qui continuent d’attendre qui continuent de palpiter. »

… je ne peux que me demander si je passe à côté de quelque chose. En relisant, quelques pages, je persiste à ne pas pouvoir surmonter l’écueil que représente l’écriture. Tant pis pour moi.

Tamara a rencontré l’auteure et aborde avec philosophie ce langage parlé

Chronique rédigée par Théoma

Quatrième de couverture :

Chaque jour, Monika arrive la première à l’Institut de beauté. Elle est étrangère, d’origine polonaise, et n’aime pas cette ville impersonnelle et grise où elle travaille. Chaque jour, avant l’arrivée des clientes, elle pense avec nostalgie à son enfance, dans une ferme, dans un vrai pays, avant, avec de vraies saisons. Elle se souvient qu’avec sa soeur elles ne pensaient qu’à une seule chose : comment vient-on au monde ? Monika observe, écoute, juge parfois les femmes qu’elle voit défiler dans sa cabine. Toutes lui racontent des histoires, des plus anodines aux plus intimes. Alix qui ne veut pas d’un homme qui l’aime, Adèle une vieille femme qui a été tondue à la Libération, la femme du boucher, blanche, frileuse, si solitaire… Corps est un roman poétique. Loin des chairs lisses et insipides que la presse féminine jette en pâture à notre imaginaire, Fabienne Jacob fouille le corps des femmes. Voici un portrait sensible de la femme contemporaine ; entre enfance, âge de tous les possibles, et maturité, âge de quelques lucidités.

Retrouvez son entretien avec nous ici

Entretien vidéo :

« Corps » de Fabienne Jacob
envoyé par editionslibella. – Films courts et animations.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin