Des feux fragiles dans la nuit qui vient de Xavier Hanotte – Chronique n°2

des-feux-fragiles-dans-la-nuit-qui-vient

Des feux fragiles dans la nuit qui vient de Xavier Hanotte, aux éditions Belfond

D’une écriture fluide, voici un roman qui se lit aisément.

Comme le résumé laisse entendre, on est plongé dans le quotidien de militaires dont la mission est de protéger ce qu’il reste d’une île en grande partie aux mains d’ennemis « invisibles ». Un quotidien plutôt calme et monotone perturbé par quelques incidents jusqu’au jour où une offensive contre l’ennemi est lancée… On découvre alors des soldats qui suivent les ordres mais qui sont avant tout des hommes en proie à de nombreuses questions sur leur rôle dans cette guerre et dans la vie. L’auteur nous décrit donc leurs états d’âme qui s’inscrivent dans un conflit militaire/politique dont l’origine ne nous est pas vraiment expliquée… Malheureusement… En effet, j’aurais aimé en savoir plus sur le « pourquoi du comment » de cette guerre ; d’où une lecture qui m’a laissé un goût d’inachevé bien que j’ai trouvé les personnages et leur histoire intéressants.

Finalement, ce manque d’informations m’a empêché d’apprécier totalement ce roman dont la lecture est tout de même agréable.

Chronique réalisée par Le blog de S. Ecriture.

Présentation de l’éditeur

Il y a une Île et le Continent. L’une en état de siège, l’autre en plein boom économique. Une guerre qui s’éternise au large dans l’indifférence générale. Les troupiers abandonnés d’une démocratie en partance, laissés seuls face aux partisans convaincus du Rien. Dans les Hautes-Terres évacuées, des villes entières disparaissent sans que l’État central fasse mine de réagir. Mais pourquoi donc personne n’ose-t-il s’aventurer au-delà des forêts du nord ? Comment combattre un ennemi qui demeure insaisissable ? Sur l’avenir de l’Île plane une menace aux accents étrangement prophétiques, et un sentiment de déjà-vu pousse alors l’adjudant Berthier à relire une très ancienne légende nordique, « La Relève de saint Olaf »…

Et si tout, déjà, était écrit ?

Dans les méandres d’une écriture envoûtante apparaissent peu à peu les reflets ténus d’un grand jeu de miroirs. En les suivant, Berthier et quelques autres ne s’acheminent-ils pas vers leur propre vérité ?

Lisez la chronique n°1.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin