Le mercenaire de Cam Banks

le mercenaireLe mercenaire de Cam Banks aux éditions Milady

Un mercenaire, seul avec son passé, ses démons, ses espoirs pour l’avenir.
Seul ? Pas tant que ça en fait.
Avec Fossoyeuse, l’épée qu’il ne lâche pas depuis 20 ans, il a toujours toute la compagnie qu’il veut, et même qu’il ne veut pas!
Cette épée est hantée par les êtres tués par elle trop tôt. Les innocents qui n’avaient pas encore fait son temps sur terre.
On dit qu’elle peut accueillir 9 âme, et qu’à cette neuvième, l’épée sera détruite.
Vanderjack considère cette arme comme son bien le plus précieux, étant autant une source d’ennuis que de bienfaits, les esprits étant parfois très utiles (quand ils ne sont pas agaçants et de passent pas leur temps à se mêler de tout).

C’est un jour qu’il s’ennuie en dépensant ses dernières pièces pour une bière insipide qu’il reçoit une proposition qu’il ne peut refuser : secourir la superbe fille d’un Baron dans une de ses demeures se trouvant envahie par d’effroyables créatures.
Avec une énorme récompense à la clé, il accepte sans hésiter et, affublé d’une assistante au physique repoussant, et d’un gnome fou, le voilà parti sur les traces de ce château pris par l’envahisseur, dans une quête qui, comme il le dit lui-même, fleure gentillement le romantisme.
Mais c’est sans compter sur d’anciens ennemis, donc un Maître demi-elfe possédant un dragon que tout le monde craint, ou un mage au reflet bizarrement apeuré dans le miroir …

D’un côté, on suit la route de Vanderjack, remplie de combats, de découvertes, d’accidents, d’animaux fabuleux et … d’humour !
De l’autre, nous avons le point de vue des « méchants », avec magouilles politiques et organisations criminelles.
La quête du mercenaire est semée d’embûches et comporte quelques scènes et dialogues très drôles.
Les personnages du gnome et de l’assistante ajoutant beaucoup d’humour au récit, le rendant beaucoup plus léger.

Car je dois bien avouer que le côté géopolitique énormément présent dans le livre m’a bien soûlée par moments. Le fait que je n’ai pas lu les cycles précédents de LanceDragon a peut-être joué, je ne sais pas.
Pourtant, à part ça, je n’ai pas l’impression qu’il faut avoir lu les livres antérieurs pour s’immerger dans l’histoire.
C’est drôle, épique, avec des personnages intéressants.
Ce que je pourrais également lui reprocher, ce sont ses combats, il y en a beaucoup (trop?) et ils se succèdent à un rythme un peu trop rapide à mon goût.
Je ne sais pas encore si je lirais la suite, n’étant pas tombée amoureuse de la vie de ce mercenaire, mais pour les fans, il reste un must to read !

Chronique réalisée par Les mots d’Archessia

Quatrième de couverture :

La guerre de la Lance est bel et bien terminée, mais le monde de Krynn est toujours en danger, même après la défaite de la Reine des Ténèbres, car un disciple de l’empereur Ariakas a réussi à s’imposer à la tête du Nordmaar grâce aux armes et à la magie.
Mais c’est sans compter sur Vanderjack, un mercenaire au passé des plus troubles, armé d’une lame hantée par des fantômes. Il se retrouve au Nordmaar pour racheter sa liberté et régler quelques vieux comptes.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin