Resplandy d'Yves Bichet

ResplandyResplandy d’Yves Bichet aux éditions du Seuil

Bertrand devient en ce jour l’homme de la famille, il vient d’incinérer son père. Père de famille, heureux dans son mariage avec Agathe, il est un homme normal, un de ceux qui face au deuil plie sous le poids du chagrin et de la responsabilité. Dans un café, après avoir récupéré les cendres de son père, il croise une femme ni belle, ni jeune mais attirante par son étrangeté. Il la cherche, la suit, la laisse le prendre dans une chambre d’hôtel. Au pied du lit, encore nue dans la splendeur de sa cinquantaine étrange et agressive, elle mélangera les cendres de son urne à celles du père de Bertrand. De ce geste fondateur, provient le trouble qui fera découler les évènements en cascade mêlant secret familial et Histoire, couple et amitié, sensualité et responsabilité.

Ce roman où narration et Histoire se mêlent sans que jamais l’une prenne le pas sur l’autre, permet à Yves Bichet d’explorer un fait de l’histoire de la guerre d’Algérie peu connu : les Rappellés. Ces jeunes gens rappelés sous les drapeaux alors qu’ayant déjà servis ont donné lieu à un mouvement de protestation d’initiative féminine. Yves Bichet cherche à révéler l’héroisme du quotidien au travers de la recherche d’un fils sur son père décédé. Double vie ou mystère du couple et de l’amour, tout est en suspension dans ce roman. Tout sauf les femmes. Yves Bichet les révèle telles qu’elles sont, sans les préjugés des hommes croyant en leur pruderie : elles sont accueillantes, protectrices, actives. Elles le provoquent comme Resplandy et sa fuite, ou comme Agathe et sa volonté de garder le secret de l’autre. Elles le protègent la première en lui révélant le passé de son père et en fuyant, la seconde en lui apprenant à construire au quotidien. Elles l’interrogent la première sur son couple la deuxième sur sa filiation. Au final Histoire et histoires de familles vont construire Bertrand pour en faire un meilleur homme. Porté par une écriture souple et concrète, ce roman est un petit ilot d’admiration pour ces femmes sidérantes qui font le quotidien de tous.

Chronique réalisée par Abeline

Quatrième de couverture :

« Bertrand, professeur de dessin, rencontre au Père-Lachaise une inconnue le jour de la crémation de son père. Elle trimballe comme lui une urne à bout de bras. Il la trouve belle. Plus tard, dans une chambre d´hôtel, leurs deux corps s´emmêlent. Resplandy, la femme que Bertrand vient d´étreindre, ouvre les urnes puis mélange les cendres avant de disparaître. Bertrand, stupéfait par ce geste, part à la poursuite de Resplandy. Il va peu à peu fouiller dans sa propre histoire, comprendre le passé d´un père qu´il n´a jamais vraiment connu, le passé d´un héros, un héros timide et souriant. »

Retrouverez notre entretien avec lui ici




une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin