Le soleil m'a oublié de Christian Laborde

Le soleil m'a oublié Christian LabordeLe soleil m’a oublié de Christian Laborde aux éditions Robert Laffont

Marcus, un jeune boxeur de 17 ans, en rupture avec ses parents s’entraîne régulièrement dans la salle de boxe de Vico Del Gazzo. Un jour, Roxanne, la femme de Vico vient à la salle et Marcus tombe immédiatement amoureux. Roxanne devient alors pour lui une idée fixe, il tente de l’approcher par tous les moyens, sentant bien qu’elle même n’est pas insensible à son charme.

Très court roman d’amour. Très rapide : les phrases s’enchaînent au rythme d’un combat de boxe. Le langage est simple, direct, et le livre très dialogué. Marcus est le narrateur de cette histoire, tout ce qui est écrit passe par ses yeux ou par ses pensées. C’est un roman d’un jeune homme en pleine recherche de lui-même, d’un sens à donner à sa vie, lui qui a décroché de l’école et ne veut plus désormais entendre parler que de boxe… et de Roxanne.

Evidemment, vous comprenez que cette histoire doit rester secrète, car si Vico, le mari, l’apprend, l’avenir des deux tourtereaux s’assombrit terriblement. Vico n’est pas un tendre, et Marcus a priori ne fait pas le poids.

Roman très accessible à ceux qui ni ne pratiquent ni n’aiment la boxe. Ecrit sur fond de rock, de rap, un texte moderne sur une histoire qui elle ne l’est pas, sans cesse renouvelée au fil du temps, des époques, des moeurs… Christian Laborde se consacre exclusivement à ses personnages, ne s’embarasse pas d’un contexte qu’il ne fait qu’aborder sans le développer. On peut le lui reprocher, j’aurais pu apprécier une description plus longue des conditions de vie des différents protagonistes, de leurs lieux de vie mais son parti pris de n’écrire qu’une histoire d’amour est totalement compréhensible.

Pas inintéressant, mais pas exaltant non plus. Un bon court moment de lecture, rien de plus, rien de moins, ce qui est déjà bien.

Chronique réalisée par Le blog de Yv

Quatrième de couverture :

Ce que préfère Marcus, c’est la boxe ; parce qu’il est parfois violent, il a arrêté le lycée et il pense que dans le monde où il vit, il n’a que son poing levé pour s’exprimer et ses poings serrés pour se défendre. Il court chaque jour en survêtement noir ou il est devant son ordi ou bien il roule à moto. Pour l’argent, il est veilleur de nuit dans un hôtel de passe : le Khamsin. L’hôtel appartient à Vico, comme le club de boxe où Marcus tape sur des sacs de frappe pour s’entraîner. Souvent il va au Zingobar pour retrouver ses potes. Après les bières, ils partent cambrioler des maisons vides dans le quartier bourgeois. Tout roule pour Marcus.

Un soir, à la boxe, pendant une pause, il aperçoit la femme de Vico. Roxane est belle, elle a l’air douce, son regard a croisé le sien pendant quelques secondes et il ne l’oubliera plus. Jusqu’au jour où Vico lui demande de passer chez lui pour réparer l’ordinateur de Roxane, jusqu’au jour où elle lui donne rendez-vous et où il connaît le ciel, jusqu’au jour où Vico apprend leur aventure et cherche à l’assommer avec un nerf de bœuf et que Marcus, pour se défendre, le frappe et le tue.

Un peu plus tard, Marcus, écrit à son avocat. Il refuse que Roxane témoigne à son procès, il refuse aussi de s’y rendre. Les conséquences de ses refus lui sont indifférentes.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin