Côme de Srdjan Valjarevic

Côme Srdjan ValjarevicCôme de Srdjan Valjarevic aux éditions Actes sud

Lentement et doucement, telle pourrait être la devise de l’écriture de Srdjan Valrarević. Lentement et doucement, comme la re-découverte de la douceur de vivre d’un jeune auteur serbe qui décroche, plus ou moins par hasard et certainement pas par vocation, une bourse de la Fondation Rockefeller.

Le jeune auteur, plus enclin à lever le coude que son stylo, part pour Côme et s’installe dans la sublime villa Serbeloni où il est doit travailler à l’écriture de son prochain roman. Mais notre jeune homme préfère étudier les millésimes et vider la cave de la villa, remettant toujours à plus tard ce roman qui ne voit pas le jour. De ballades dans les environs, des rencontres avec les villageois ou les cafetiers, des discussions avec les autres boursiers (scientifiques, enseignants, venus du monde entier), le narrateur peut à peu s’ouvre à la douceur de vivre et à la beauté des paysages.

Un roman au rythme lent et serein, qui, s’il manie parfois une ironie distante et accueille des personnages différents et bien brossés, manque trop de relief dans son écriture pour être réellement passionnant.

Chronique réalisée par Amanda meyre

Quatrième de couverture :

Un jeune auteur serbe, à la dangereuse propension à se soûler sans répit et peinant à trouver sa place ici-bas, obtient une bourse de la fondation Rockefeller pour résider pendant un mois sur le bord du lac de Côme. Sur un mode élégiaque et amusé, voici le journal d’un voyage initiatique et d’une renaissance où se côtoient quelques personnages hauts en couleur, qu’ils appartiennent à l’élite intellectuelle internationale ou qu’ils officient comme cafetiers dans d’anonymes et pittoresques bistrots locaux. Petit à petit, une sensibilité d’écorché vif commence à pointer sous une carapace revêche : l’auteur se met à respirer la nature à pleins poumons, à s’imprégner des gens et de la beauté des lieux. Ainsi, de rencontres contrastées en conversations improbables, de micro-événements en petites épiphanies, il nous offre la chronique douce-amère d’une vie soudain à nouveau prometteuse.

Côme est un livre déjà culte en Serbie, qui a connu plusieurs prix, ainsi que maintes éditions et traductions.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin