Hors-service de Solja Krapu

Hors-service Solja KrapuHors-service de Solja Krapu aux éditions Gaia

Même les femmes parfaites, comme Eva Lena, le personnage principal de ce roman, font des erreurs. Il en naît parfois des romans comme ici avec l’histoire de la mésaventure survenue à Eva Lena qui se retrouve enfermé le temps d’un week end dans le local à photocopies du collège où elle enseigne en Suède. Le temps de cette claustration involontaire, elle prendra conscience de l’enfermement sa vie de quadra parfaite, entre excellence professionnelle, enfant modèle, ado rebelles et mari « l’esprit ailleurs ».

Le roman emprunte une construction alternant les récits : celui de l’héroine enfermée, de sa vie d’avant (notamment de sa rencontre avec une amie d’enfance qui est son anti thèse) mais aussi de son mari. C’est très ancré dans le quotidien, avec des personnages qui ont une vraie profondeur psychologique, notamment Eva Lena. Son amie Aurora paraît un peu plus forcée : la fille toujours heureuse de la vie, qui continue d’y croire même si son grand amour est mort. Tandis que bien sûr Eva Lena ne sait pas se contenter de ce qu’elle a… On frôle par moments la caricature. « Elle dit qu’elle a besoin des gens. Elle dit qu’elle a besoin de ses enfants. Qu’elle a besoin de proximité. Moi je dis toujours que ce sont les autres qui ont besoin de moi. Que rien ne pourrait fonctionner si Je ne m’occupais pas de tout »

C’est souvent drôle, l’héroïne, comme toutes les personnes perfectionnistes a quelque chose de ridicule. D’ailleurs ce roman évoque les meilleurs comédies, mais aussi les séries télévisées ancrées dans la description de la vie quotidienne. C’est le ras le bol de la quadragénaire qui découvre qu’elle est en train de passer à côté de sa vie, qu’il ne suffit pas d’avoir une maison parfaitement décorée, une allée sans herbes et ne pas manger de crème fraîche pour être heureux.

Car hors service décrit aussi le quotidien dans un pays scandinave, avec des côtés relativement effrayant notamment dans le collèg, où oeuvre le personnage principal, collège où tout est négocié en permanence. Un monde où les normes sociales semblent lourdes. Eva Lena est une cousine scandinave des desesperate houseviwes.

Chronique réalisée par Christophe Bys

Quatrième de couverture :

Eva-Lena a une petite vie bien rodée, avec maison, enfants, mari et collège. Elle est parfaite, mais un peu hystérique dès qu’on vient changer son planning. Un vendredi soir, elle enfourche son vélo pour aller faire des photocopies au collège. Ça l’avancera pour lundi ! Sauf qu’elle se retrouve enfermée dans le local de la photocopieuse. Pour tout le week-end ?



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin