Alex de Pierre Lemaître

Alex Pierre LemaîtreAlex de Pierre Lemaître aux éditions Albin Michel

Vous avez lu Travail soigné ? Non, alors surtout ne lisez pas Alex avant, vous perdriez une bonne partie de la saveur du premier que vous ne pourriez plus lire avec autant de plaisir (et d’horreur) par la suite.

Vous avec lu Travail soigné ? Ce billet est pour vous. On retrouve l’inspecteur Camille Verhoeven quatre ans après l’horreur qu’il a subie dans la fin de l’opus précédent. Peut-on se remettre d’une chose pareille ? Dans une certaine mesure, Camille y parvient ; en tout cas il fait impression au quotidien. Mais quand on signale l’enlèvement d’une jeune femme, tout son passé ressurgit et le heurte de plein fouet. Enquêter sur un meurtre, c’est une chose car le mal est fait. Mais dans le cas d’un enlèvement, le temps joue contre l’enquêteur qui ne sait s’il va pouvoir empêcher le pire.
Et le pire est en route, le lecteur le sait. En effet, un chapitre sur deux est raconté du point de vue de la séquestrée, Alex. Son kidnappeur semble malade de rage et décidée à la faire souffrir. Il la séquestre, l’enferme dans une sorte de cage à oiseaux et lâche les rats. Mais qu’a-t-elle bien pu faire pour mériter un tel sort ?

Ce roman est encore une vraie réussite. Par contre, pour maintenir le suspense intact, ne lisez pas la 4e de couverture et n’écoutez pas l’interview de l’auteur que l’on trouve en ligne, vous vous priveriez d’une partie des cris de surprise que ce roman est en droit de vous arracher.

Comme à son habitude, l’auteur monte un roman basé sur l’enchaînement de plusieurs parties, chacune d’elle parvenant à littéralement renverser l’ordre des choses et à jeter son lecteur dans le pire état de stress possible. De plus, l’auteur n’hésite pas à nous plonger dans l’horreur et certaines scènes vous mettront littéralement le cœur au bord des lèvres. Impossible de vous en dire plus car tout est basé sur ce suspense. Mais je peux vous garantir que même les dernières pages ne vous laisseront pas indemne puisque le récit parvient encore à nous faire un dernier pied de nez.
Encore un rendez-vous réussi, merci ! Vivement la suite des aventures du commissaire qui finalement est un peu moins mis en avant que la mystérieuse Alex qui donne son nom au roman.

Chronique réalisée par Stephie

Quatrième de couverture :

Alex, une jeune femme de 35 ans, belle et attirante, essaie des perruques dans un magasin du boulevard de Strasbourg. Quelques heures plus tard, elle est enlevée par un inconnu qui la suivait, jetée dans une camionnette et séquestrée dans un hangar désaffecté. Le ravisseur a organisé sur place un théâtre de tortures qu’elle va subir jusqu’à l’horreur. Alex parvient à se libérer avant que la police ne la retrouve, et n’identifie son tortionnaire, suicidé sur le périphérique. Dès lors, l’énigme d’Alex et de son passé ne peut plus lâcher le lecteur, qui la découvre du point de vue de la victime et de ses bourreaux, jusqu’au terme d’une tragédie imprévisible et fatale. Il est impossible d’en dévoiler davantage sans déflorer une intrigue d’une intelligence et d’une construction diaboliques qui touchent à la perfection. L’écrivain se révèle dans le ton et le style du récit (d’une feinte impassibilité) à l’image du commandant Verhoeven, le flic qui élucide la tragédie d’Alex, d’une attachante complexité. Pierre Lemaître, qui déclare « je ne cherche à écrire que des livres qu’Hitchcock aurait voulu filmer », porte à son comble, sans le moindre artifice ni trucage, l’art du suspense et de la peur.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin