Totally Killer de Greg Olear

Totally killer Greg OlearTotally Killer de Greg Olear aux éditions Gallmeister

Voici mon coup de cœur de ce printemps 2011, c’est dit. Totally Killer est un roman trépidant, intelligent, sombre, foisonnant de références savoureuses et admirablement drôle. Et je pèse mes mots.

De quoi ça parle, me direz-vous ? L’histoire prend place à New-York en 1991. Notre sexy héroïne, Taylor Schmidt, sort diplômée d’une grande université et veut travailler dans le monde de l’édition. Elle va d’entretien en entretien, de désillusion en désillusion, jusqu’au jour où elle trouve dans sa boîte aux lettres, une sorte de petite affichette pour une agence de recrutement affirmant être capable de vous trouver « le job pour lequel on tuerait. » Taylor fonce tête baissée mais elle va vite s’apercevoir que la citation de l’affichette était à prendre au sens littéral et se retrouve embarquée dans une aventure effrayante, à laquelle elle prend très vite goût.

Le narrateur n’est autre que son colocataire, Todd, et celui-ci regrette de ne pas partager avec elle plus que la moitié du loyer. D’entrée, il annonce au lecteur que les choses vont mal se terminer car Taylor va être assassinée. Tout le long du roman, qui est hilarant et à couper le souffle à la fois, le lecteur ne va avoir de cesse de se demander qui a bien pu buter cette pauvre fille. Enfin… cette pauvre fille… le personnage évolue à une vitesse folle et nous surprend page après page. Elle finit surtout par récolter ce qu’elle a semé.

Je le répète c’est un roman à ne manquer sous aucun prétexte, on s’y régale de bout en bout. Et la décennie sur laquelle repose le roman étant celle de ma jeunesse, je me suis en plus régalée de toutes les références à cette époque : historiques, culturelles, musicales. Et les personnages sont barges à souhait, le pied total !

Chronique réalisée par stephie

Quatrième de couverture :

New York, 1991. La belle et ambitieuse Taylor Schmidt, fraîchement diplômée d’une Université du Missouri, débarque dans la Grosse Pomme à la recherche d’un job et du grand amour. Crise économique oblige, elle erre de bureau de placement en bureau de placement, jusqu’à ce qu’une mystérieuse agence lui propose « le job pour lequel on tuerait ». Deux jours plus tard, Taylor se retrouve jeune éditrice d’une maison d’édition new-yorkaise et découvre avec effroi le prix à payer : elle va effectivement devoir assassiner quelqu »un. Le marché qui lui est imposé est simple : puisque les baby-boomers occupent tous les emplois dans notre société, il suffit de les éliminer.
Théorie du complot et culture pop se mélangent dans ce roman politiquement incorrect à l’humour noir décapant qui tient à la fois de la satire grinçante et du thriller paranoïaque. Véritable « page turner », Totally Killer est un premier roman brillant et palpitant.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin