Les amants de Francfort, de Michel Quint

Les amants de Francfort, de Michel Quint

Un double meurtre en guise de prologue : le ton est donné. S’ensuit une enquête aux multiples rebondissements.

Florent est un jeune éditeur français, marié à une femme qu’il n’aime plus et père d’un garçon, qui se rend, à contre cœur à la Buchmesse de Francfort : il ne voulait pas se rendre en Allemagne depuis que son père s’y était fait tuer dans des circonstances un peu obscures. Loin de se douter de ce qu’il attend, il descend dans un palace très prisé où tout éditeur qui se respecte doit se montrer. Florent se plonge dans cet univers étrange entre réceptions et cocktails. Les rencontres en tout genre ne tardent pas à arriver…L’une d’elles va changer sa vie. Léna est une femme de pouvoir dans une maison d’édition, impulsive, extravertie et déterminée …elle prend le « dessus » sur Florent et semble l’attirer sur une voie dont les enjeux le dépassent. Le jeune homme va voir sa vie bouleversée : sa femme lui apprend sa maladie, Léna ne veut plus le voir pendant un an….et il commence à mener une enquête pour éclaircir son passé, et celui de sa famille…Ses découvertes vont se révéler surprenantes… Sur fond de lutte politique (bande à Baader ;RAF),  et de réseaux d’influence , Florent reconstruit l’histoire passée en même temps qu’il construit sa propre destinée.

Michel Quint réussit à nous emmener dans une enquête trépidante qui va crescendo jusqu’à la fin du roman. Dans un premier temps, l’atmosphère de la grande foire du livre est restituée avec brio dans tous ses aspects. Puis le livre bascule dans une enquête personnelle et l’histoire de Florent et de ses proches constituent le point d’orgue. Les liens se tissent peu à peu et, en filigrane, les différentes histoires se mêlent à l’Histoire. Si j’ai eu du mal à entrer dans ce roman ( le début m’a semblé un peu long…) , la suite m’a beaucoup plu. L’écriture est dynamique, rythmée, et l’auteur nous tient en haleine jusqu’à la fin. Les élucidations sont successives et surprenantes jusqu’à la dernière page. Une mention toute spéciale à la galerie de personnages très réussis: des hommes et des femmes excentriques, au passé riche de sens qui s’imbriquent parfaitement dans ce roman.

Chronique rédigée par Fanny 

Les amants de Francfort, Michel Quint, Editions Héloïse d’Ormesson, ISBN : 9782350871738, 234 p

 

Quatrième de couverture :

« La nuit où Léna et Florent devinrent amants, un double meurtre fut commis dans leur hôtel de Francfort. »

Florent avait toujours évité l’Allemagne. Trop d’histoires à conjurer, de préjugés à dépasser. Jeune éditeur à succès, il ne peut échapper à la Foire de Francfort, véritable Mecque du livre. Il pense y décrocher best-sellers et contrats juteux, mais une brune incendiaire va bouleverser ses plans, lui chambouler les sens et remettre en question sa vie entière

Un récit sensuel sur fond de lutte politique où s’intriquent les souvenirs sanglants d’une époque où la bande à Baader et les anciens nazis avaient pignon sur rue. Un texte incisif qui restitue avec brio l’atmosphère étrange et exaltante de la Buchmesse.

Auteur d’une trentaine de livres, Michel Quint est né en 1949 dans le Pas-de-Calais. Il obtient le Grand Prix de littérature policière pour Billard à l’étage en 1989 et publie Effroyables Jardins en 2000. Il habite à Lille.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin