Terezin Plage de Morten Brask

Un jeune médecin juif, dont le père était président de la plus haute juridiction du Danemark, est déporté pendant la seconde guerre mondiale. Il rejoint la ville de Terezin en Tchécoslovaquie, où il est affecté à l’hôpital, si on peut appeler de ce nom un mouroir, où le froid, la sur populataion, le manque de moyens de nourriture et de médicaments sont particulièrement importants. Si ce camp est présenté par les nazis comme une sorte de ville auto administrée par un conseil de sages, les vrais maîtres du lieu sont les nazis. Les Juifs internés partent régulièrement vers l’est, dans les camps d’extermination. Le roman raconte notamment un épisode absurde et atroce de la vie de cette fausse ville, à savoir la visite en 1944 par une délégation de la Croix Rouge. A cette occasion, les nazis tenteront de transformer le purgatoire en sorte de ville modèle.

Le projet du jeune romancier (c’est un premier roman) dans ce contexte laisse sans voix. En effet, dans ce cadre historique réel et terrible, il choisit de raconter l’histoire d’amour entre Daniel, le médecin danois et Ludmilla, une jeune femme tchèque, elle aussi déportée à Terezin, et bientôt malade (elle tousse trop souvent pour qu’il ne lui arrive rien, et avouons-le, un lecteur averti diagnostique la tuberculose bien avant le protagoniste pourtant homme de l’art). L’auteur a-t-il voulu raconter la résilience ? Montrer comment au coeur de l’horreur, l’humanité, l’amour pouvaient survivre ? Nous n’en savons rien. Toujours est-il qu’il livre un mélo avec de grosses ficelles et réellement gênant. « Ludmilla rit, et je suis impatient que notre séjour à Theresienstadt s’achève. Je vois ses lèves et ses dents blanches. Comment des dents peuvent elles être aussi blanches ? J’ai envie de passer le bras autour de sa taille mais je n’ose pas. Nous sommes heureux. A cet instant précis, nous sommes parfaitement heureux, mais je ne peux pas mettre mon bras autour de sa taille. Pas encore » écrit le narrateur.

L’écriture est très cinématographique. C’est quasiment un scénario qui nous est donné, avec des indications toujours très concrète, sur les mouvements, l’ambiance. Le texte principal est écrit au présent d’action.

Toutefois, parallèlement, à cette intrigue principale s’ajoute une sorte de description de la vie du jeune Faigel coincé entre un père juge figure de l’autorité et une mère fragile comme on dit pudiquement. Là où un écrivain arriverait à articuler le présent et le passé, l’impression prévaut ici de deux récits artificiellement mélangés sans véritable nécessité (et quand il y a des résonances entre le passé et le présent, c’est sans grande subtilité). Ces détours par le passé fournissent quelques éléments biographiques sur le narrateur. Toutefois, la psychologie des personnages n’est pas très subtile, à l’exception peut-être du personnage de la mère. Le père juge est forcément une figure d’autorité sévère. Le fils rebelle devient médecin contre l’avis paternel. Pour soigner une mère délirante ?

Chronique rédigée par Christophe Bys 

Terezin Plage, Morten Brask, Presses de la Cité, ISBN 978 2 258 08519 0,  20 euros, 331 pages

 

Quatrième de couverture :

 

« Je suis là, les yeux fermés, et autour de moi je sens l’océan et le soleil et l’écume des brisants et les vagues qui me font osciller d’avant en arrière, d’avant en arrière. Quand je m’éveille, l’océan n’est plus là. Le fracas que j’entends est celui des roues du train à bestiaux, le flux et le reflux du wagon qui grince et tangue. »
Présentation du livre

Dès son arrivée en 1943 à Terezín, Daniel Faigel, jeune médecin danois hanté par un lourd passé, se retrouve plongé en enfer. Présentée par les nazis comme une « colonie juive modèle », la ville sert en réalité de zone de transit vers des camps d’extermination. Affectéà l’hôpital du ghetto, Daniel passe ses journées à essayer d’arracher à la mort et aux déportations quelques-uns de ses patients. Parmi eux se trouve Ludmilla. L’amour qui naît entre eux leur donne la force de supporter un quotidien ponctué par la peur de faire partie du prochain convoi, dont on sait intuitivement qu’on ne reviendra pas.
Comme tous les habitants du ghetto, les deux amants vont bientôt devoir prendre par à une gigantesque mascarade orchestrée par les nazis : l’embellissement du camp en vue d’une inspection de la Croix-Rouge.

Saisissant tableau de la vie dans un camp qui servit de vitrine à la propagande nazie, ce roman, écrit dans une langue limpide, précise, met en scène le destin de deux êtres happés par l’histoire, qui s’accrochent à l’espoir, coûte que coûte.

Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
3 total comments on this postSubmit yours
  1. en tête de mes envies de rentrée littéraire…

  2. @mazel est ce qu en plus on peut vous conseiller le burnside ( chronique à venir demain ) et l histoire de l histoire d’ ida hattemer higgins ( chronique après demain ) ?

  3. en fin de lecture, vraiment très bien.

    Abeline, bien sûr, je lis toutes les chroniques…

Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved