Tuer le père d’Amélie Nothomb

Tuer le père est le vingtième livre publié d’Amélie Nothomb (sans compter la nouvelle Les Myrtilles). Même si elle apparaît au début et à la fin du roman, celui-ci n’est pas du tout autobiographique. En effet, son personnage n’est présent que pour amorcer la véritable histoire. Une histoire de magiciens.

Amélie Nothomb se retrouve donc à Paris à assister à une partie de Poker pas comme les autres. En effet, l’un des joueurs – très habile –  est surveillé par une autre personne. L’histoire commence, car un lien très spécial unie ces deux personnages, deux des plus grands magiciens.

Dans ce roman nous allons découvrir la rencontre de ces deux personnages hors du commun ainsi que leur évolution ensemble et séparément.

Même si je n’ai retrouvé le style très déstabilisant d’Amélie Nothomb qu’en fin de roman, l’histoire racontée, elle, l’est admirablement. L’intrigue n’est pas survolée, mais bien ancrée profondément. Elle est consistante ; chose qui pouvait manquer dans les derniers romans de l’auteur prolifique.

On y retrouve des sujets récurrents tels l’espoir, la confiance trahie, le désespoir, l’amour et l’amitié. Il s’agit d’un roman plus humain que ce que l’on peut rencontrer dans l’œuvre de l’auteur. Et ça fait du bien !

Chronique rédigée par Ankya 

 

 

Tuer le père, Amélie Nothomb, Albin Michel, ISBN 978-2-226-22975-5,  16€, 151p

 

Quatrième de couverture :

 

« Allez savoir ce qui se passe dans la tête d’un joueur »

 

En savoir plus :

Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
4 total comments on this postSubmit yours
  1. Comme toi, j’ai bien aimé aussi.

  2. Je viens de le terminer cette nuit et je lui resterai fidèle quelque soit le livre qu’elle décidera de nous proposer à lire, je lui fait « totale confiance » comme on le fait en amour, non je dis des bétises, en amour c’est pas comme ça, mais enfin je lui resterai fidèle…fidèle comme un chien !

    http://www.art-psy.com/textes2007/amelie.html

  3. Cette année, le Nothomb ne passera pas par moi, rires !

  4. roman qui se lit bien, mais court, dommage.
    amélie nothomb propose des personnages toujours un peu atypiques.
    la relation que mène le petit garçon de 15 ans avec ses  »parents adoptifs » en quelque sorte est intéressante.
    je vous le conseille car il n’y a pas de longueurs, on a toujours envie de savoir la suite. il n’y a pas de description longues donc ça c’est bien. Le roman peut se lire en 1h15 et la fin est surprenante.. je ne vous en dis pas plus.

Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved