Ma chère Lise de Vincent Almendros

Le narrateur est un jeune professeur de vingt cinq ans. Il donne des cours particuliers à une jeune fille de quinze ans, Lise. Lise est belle et possède l’insolence de la jeunesse, surtout quand cette jeunesse est riche et insouciante. Sous les yeux des parents de Lise, le narrateur tombe petit à petit amoureux de son élève et se laisse glisser dans une aventure … interdite ? A priori pas par les parents de Lise qui semblent approuver la chose et, par ailleurs, s’en désintéresser totalement.

Un premier roman qui, s’il a sans doute été remarqué par la qualité de son style, fluide, agréable, qui s’écoule élégamment le long des pages, pèche aussi par l’intérêt quasi inexistant de son histoire. Un homme à peine mûr, une jeune fille flirtent nonchalamment à l’ombre des bois et de la piscine des parents. Ils partiront en voyage, le narrateur et le père de son amante n’aimeront rien tant que des joutes verbales qui les opposent en linguistes passionnés. Oui ? Mais encore ? Voilà. C’est délicat (trop ? Mis à part un premier baiser, rien n’est évoqué et ces ellipses volontaires enlèvent beaucoup à la crédibilité de l’histoire ), certes, mais à trop édulcorer son récit et à rester en surface plane, l’auteur oublie de lui donner un peu de sel, de piquant, de nervosité, de relief. On passe d’une scène à l’autre sans autre forme de procès en ayant l’impression d’assister à la projection de photos de vacances de parfaits inconnus. On s’y ennuie avec la même nonchalance que le narrateur tout en rêvant de relire Duras. Dommage.

Chronique d Amanda Meyre

Ma chère Lise, Vincent Almendros , Editions de Minuit, ISBN 978-2-7073-2194-7, 160 pages, 13,50 euros

 

Quatrième de couverture :

Lise s’amusait d’un rien, en l’occurrence de moi.

Lorsque je me suis assis à côté d’elle, à l’arrière de la Mercedes, je ne savais pas que nous partions pour un long voyage. Qui pouvait imaginer que je la suivrais jusqu’au bout du monde ? Elle avait quinze ans.

 

Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
1 comment on this postSubmit yours
  1. Vous écrivez « l’intérêt quasi inexistant de son histoire ». Mais nos vies également n’ont qu’un intérêt quasi inexistant. Par contre elles s’habillent d’un charme absolu quand elles rencontrent de si belles et troubles situations.
    Ce n’est pas un des meilleurs livres que j’ai lu ces dernières années. C’est un livre succulent, un des meilleurs livres que j’ai lu ces dernières décennies.

Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved