la vieille dame du riad de Fouad Laroui

Après l’émouvant et drôle « Une année chez les Français », qui pour moi était l’un des meilleurs livres de la dernière rentrée littéraire (et que vous pouvez désormais trouver en poche, franchement, n’hésitez pas), Fouad Laroui revient avec un conte franco-marocain : « La vieille dame du riad ».

Un couple bourgeois-bohème parisien se décide à s’installer au soleil de Marrakech et acquiert un riad dans lequel se trouve un merveilleux et « gigantesque bigaradier en fleurs », ce qui fait leurs délices, et dans une chambre une vieille femme silencieuse, noire et chenue, ce qu’ils apprécient moins. Incapables de se débarrasser de leur visiteuse qu’elle soit apparition ou squatteuse, ils se résolvent à s’atteler à la mission que Mansour, leur voisin, un professeur d’université, croit l’avoir entendu leur confier : « ces chrétiens sont venus me ramener mon fils Tayeb ».

La deuxième partie du livre est dédiée au récit de cette disparition et surtout à ce qui semble au cœur des priorités du romancier à l’histoire de la colonisation du Maroc. Soldat d’Abdelkrim, Tayeb participe à la résistance et à la chute de ce fin stratège et peut-être premier rebelle pris au sérieux par les puissances coloniales. Elégant, inspiré et pédagogue, Laroui rappelle ou enseigne quelques faits souvent omis : « La conquête du Maroc ne s’achève qu’au milieu des années 30. La résistance à la colonisation a fait, depuis 1902, trente-huit mille morts français, plus que n’en fera la guerre d’Algérie entre 1954 et 1962 (trente-trois mille). » L’auteur par sa plume paraît vouloir recouvrer un honneur perdu et la fierté d’avoir résisté avec vaillance.

Mais la question qui se pose est alors la suivante : peut-on acheter un livre pour cent savoureuses pages seulement ? Car si cette partie historique est simple, percutante, enlevée et plutôt spirituelle, celles qui l’entourent sont bien plus pataudes. Les dialogues du couple français sonnent faux (« Et toi, qu’est-ce que tu vas faire, à Marrakech ? – Je vais me faire allumeur de vraies Berbères … »), leur racisme ordinaire épuise et leur ignorance est bouffonne et inepte (« On sera bientôt plus marocains que Bourguiba. »). Fouad Laroui a la plume lourde et confond peut-être alors fable voltairienne et farce niaise. Le livre s’achève sur un rééquilibrage et une forme symbolique de réconciliation méditerranéenne. La morale est sauf, l’honneur marocain rétabli, mais le plaisir de lecture amoindri.

Chronique rédigée par David Vauclair 

La vieille dame du riad, Fouad Laroui, Julliard, ISBN 2-260-01959-5, 252p, 18€

Quatrième de couverture :

Comment partager son espace avec quelqu’un qui vous est totalement étranger ? Telle est la question !
À travers cette fable tragi-comique, Fouad Laroui pose la question des rapports entre la France et le Maroc dans leurs dimensions historique, affective et culturelle.
Sur un coup de tête, François et Cécile lâchent tout à Paris pour aller s’installer à Marrakech. Quel choc quand ils découvrent, dans une petite pièce au fond du riad qu’ils viennent d’acquérir, une vieille femme qui y semble installée de toute éternité. Ni l’agence immobilière ni les anciens propriétaires ne sont en mesure de leur expliquer ce qu’elle fait là. La femme est très vieille, paisible, parlant quelques mots d’un dialecte que personne ne comprend et ne paraît absolument pas disposée à quitter les lieux. Cette présence dérangeante plonge le jeune couple dans le plus profond des embarras. Pétris de valeurs humanistes, ils ne savent comment gérer cette situation. Pas question de jeter à la rue une personne aussi fragile. Aucune institution n’est prête à l’accueillir. Impossible de retrouver sa famille. Comment aménager cette cohabitation ? La faire travailler contre le gîte et le couvert ?… mais pour faire quoi ?… La considérer comme une amie de la famille ? Mais ils n’ont absolument rien en commun. Lui trouver une chambre en ville ? Impossible de la faire partir manu militari. Accomplir un acte charitable et l’accueillir comme une SDF ? Se soumettre et accepter cette étrange situation ? Mais cette présence, aussi discrète soit-elle, reste une intrusion insupportable et un viol de l’intimité de ce couple plein de bonnes intentions.
Avec cette fable drôle et touchante, Fouad Laroui s’interroge de façon faussement naïve sur les différences culturelles et leur difficile cohabitation.
Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
4 total comments on this postSubmit yours
  1. y a longtemps que je n avais rien lu d’aussi nul
    déjà au début Abdelkader ! y a pas d’Abdelkader au Maroc, c’est un prénom algérien. et puis le reste n’est que niaiseries. c’est bien si on ne connait pas Marrakech et les marocains, sinon….

  2. A oublier très vite…

  3. Monsieur Julien, je veux juste vous informer que Abdelkader est un nom arabe. Vous pouvez le trouver en Algérie, Au Maroc, en Tunisie et ailleurs.

  4. bonjour j ai adore ce livre un peu moins la deuxième partie un peu longue mais cependant une lecture facile et intrigante a conseiller

Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved