Bienvenue dans la vraie vie  de Bernard Foglino

Bienvenue dans la vraie vie de Bernard Foglino

Frank travaille au Consortium, comprenez la bourse mondiale. Sa vie, c’est trouver l’entreprise qui fera exploser le baromètre, qui enchantera les actionnaires de tout ordre. Mais quand il peine à trouver un nouveau produit pour les investisseurs, il l’invente et crée ForEverGreen avec l’aide d’un complice, Mr. Smith et d’une jolie communicante, Marlène.
Ce roman est une belle dystopie où la bourse règne en maître, où le chomage est monnaie courante, où chacun parie sur les cours et les actions en espérant s’enrichir, où la réalité et le mensonge sont indistinctement liés. Si au début de ma lecture, j’ai eu quelques craintes en replongeant dans mon quotidien (actions, fonds d’investissements et fusions-acquisitions sont mon lot actuel), j’ai apprécié ce regard ironique sur ce monde de la finance. Les crises qui sont présentées comme autant de mises en scène, de même que les cotations d’ailleurs. Ce vocabulaire qui ne signifie rien. Ces hommes obsédés par le moindre sou mais inconscients des hommes qui peuvent être derrière une société. Bref, caricaturalement et en grossissant, c’est un peu notre monde avec ses cours, ses traders et ses crises.
Le personnage principal, Frank Medrano, est à la fois très naïf et retors. Il ne vit finalement que pour ce travail qui lui pompe toute son énergie. Pour le reste, c’est le désert : des relations humaines faussées, un grand appartement vide, des rencontres éphémères avec des clochards en tous genres (dont un grand déchu de la finance). Brossant avec vivacité et bonne humeur les excès de l’économie de marché et les excès du Consortium, Bernard Foglino nous offre ici un roman très prenant. J’imagine que le sujet peut en inquiéter certains. Il ne faut pas, c’est accessible et cela montre bien le vent que peuvent brasser les financiers de notre monde. Un roman à la fois très pessimiste via la société décrite et le fait que tout un chacun s’en accommode mais aussi très drôle par les situations envisagées.
De quoi faire un peu réfléchir sur les derniers scandales et krachs boursiers !
Chronique rédigée par Praline 
Bienvenue dans la vraie vie, Bernard Foglino, Buchet Chastel, ISBN  978-2283025192

Quatrième de couverture :

Frank Medrano, 40 ans, est une vedette de la salle des Marchés du Consortium, la plus grande banque du monde. Son job est de dénicher, pour ses clients, les actions qui crèvent le plafond. Son quotidien est réglé par le Marché et, dès qu’il sort de cet univers, Frank est perdu. D’ailleurs, sa vie privée est un désert. Sa fiancée vient de le quitter, il dérive dans un appartement quasiment vide.

Mais les choses commencent, lentement, à se gripper. Frank a des migraines carabinées. Son ami le Marché ne lui souffle plus autant de bonnes idées. Son patron trouve que, dernièrement, il est moins performant. On a peu de pitié dans ce monde. Frank est donc prié de se remuer. Paniqué, il décide alors d’inventer de toutes pièces une petite société de recyclage de déchets, un thème à la mode. Dans un monde dominé par l’information, il est devenu très facile de mentir. Grâce à l’aide du mystérieux M. Smith et de la douce Marlène, Frank mène à bien son projet. « ForEverGreen » connaît un succès immédiat dont les cours atteignent des sommets. Jusqu’à quand ?!

S’inspirant de ce qu’il connaît (Bernard Foglino est analyste financier) et d’une actualité qui inquiète et fascine, Bienvenue dans la vraie vie  brosse avec poésie et lucidité un portrait noir de notre monde.

Né à Bordeaux en 1958, Bernard Foglino vit à Paris, et travaille dans la Finance. Il a publié son premier roman, Le Théâtre des rêves, chez Buchet/Chastel, puis en 2008 La Mécanique du monde, qui vient de paraître en poche chez 10/18.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin