Michaël Jackson et moi de Noesis

Michaël Jackson et moi de Noesis

Des balbutiements de Michael Jackson dans les Jackson Five jusqu’au succès retentissant de Thriller, en passant par ses déboires avec la justice et jusqu’à sa mort, Noesis retrace les moments forts de la vie du roi de la Pop. Très loin de la biographie traditionnelle, c’est avant tout son parcours de fan que Noesis se propose de brosser dans ce récit inclassable. Il a en effet éprouvé pour Michael Jackson un engouement sans retenue, avant d’émettre des réserves pour finir par s’en éloigner et découvrir de nouveaux styles musicaux. Pour autant, malgré les mensonges, les coups marketing, les supercheries, Noesis est resté fidele à Michael Jackson…Mais pourquoi ?

La démarche de ce livre me paraît bien naïve car j’ai beau être « fan » aussi, je le suis d’une manière radicalement différente. J’avoue avoir du mal à comprendre que l’on puisse se sacrifier ainsi sur l’autel de la « fanitude » (désolée, ce néologisme est horrible) au point de consacrer à quelqu’un une énergie considérable, un temps fou et surtout beaucoup d’argent. Pour autant, le propos de Noesis est souvent discordant avec celui des fans traditionnels dans le sens où il n’atteint pas cette forme de « folie » que l’on peut rencontrer chez eux. D’ailleurs, le lecteur lui est gré de ne pas trop défendre le chanteur lorsqu’il chante en playback/qu’il a du mal à danser/qu’il veut faire de l’argent coûte que coûte. Toutefois, on ne doit pas espérer, lors de la mention de certaines « affaires », avoir une opinion objective de la part du fan : ainsi, lors de la fameuse plainte du jeune Jordan Chandler contre le chanteur, Noesis ne cesse d’asséner l’innocence de MJ, ce qui plaira…ou pas.
Ce livre se situe donc quelque part entre le témoignage et le gonzo, car l’objectivité n’est pas toujours au rendez-vous, contrairement à ce que Noesis ne cesse de nous répéter. Mais comment le serait-il dans la mesure où il est fan ? Il veut se démarquer de la foule de fans classiques mais les rejoint parfois ce qui personnellement m’a fait sourire, car je ne suis pas certaine qu’il soit si différent des autres fans que cela. Mais j’avoue avoir été transportée par cette naïveté si touchante chez un fan…Il n’y a parfois qu’un pas entre l’aveuglement et la mauvaise foi. Pour autant, Noesis ne franchit pas certaines barrières, choisissant de ne pas évoquer la vie privée de MJ. Aussi, la sexualité du chanteur n’est que survolée, le culte de la personnalité, tout comme son délire enfantin, est évoqué brièvement, la religion, elle, est passée sous silence. L’auteur choisit de ne parler seulement que de ce qu’il maîtrise, évitant ainsi les écueils habituels du genre. Noesis s’intéresse donc avant tout à la musique et aux prestations scéniques du chanteur et c’est ce qui contribue à rendre ce livre si digeste. J’ai ainsi lu avec beaucoup d’intérêt ses avis –très éclairés -sur les différents albums du chanteur.
Aussi, ne vous-y trompez pas, ce livre n’a pas pour but de s’attacher à vous présenter la vie de MJ mais plutôt le point de vue du fan sur son idole. C’est parfois touchant, souvent juste, rarement stupide. Les dernières années de MJ sont relatées avec émotion mais aussi avec une ironie assez mordante et bien vue. Pour autant, je crois qu’il faut être fan de MJ pour apprécier réellement ce livre. Bien sûr, le profane apprendra beaucoup d’éléments – qu’il jugera plus ou moins intéressants – sur la star et sa musique, mais j’ai trouvé cela un peu juste. En revanche, les fans se reconnaitront sûrement dans le parcours chaotique de celui de Noesis qui est passé de MJ au métal, sauvant ainsi son honneur (moi, c’est l’inverse, je suis passée du métal à Britney : je ne peux vraiment pas sauver mon cas). L’écriture, simple et efficace, ne s’encombre pas d’effets de style et les lecteurs pourront souffrir de cette absence d’élégance. Pour autant, ce n’est pas franchement ce que l’on demande à ce genre de livres, même si –soyons honnête- un peu de style ne fait jamais de mal. En revanche, je n’ai pas apprécié du tout les citations de paroles de chansons dont Noesis fait un usage outrancier : censées évoquer ses sentiments, ses émotions ou ceux de la star, elles alourdissent largement l’ouvrage et lui donnent une dimension très adolescente. Au final, une lecture plaisante dont vous pourrez tirer une certaine distraction. De cet ouvrage, il ne faudra – je pense- pas attendre autre chose. Mais c’est déjà pas mal, non ?

Chronique rédigée par Sara 

 

Michaël Jackson et moi, Noesis, Mon petit éditeur, ISBN : 9782748365788 – 148 pages 

 

Lire les premières pages ici 

Quatrième de couverture :

Des balbutiements timides à la passion dévorante, de la tendresse à la fureur, de l’adoration à l’insulte, ma liaison folle avec Michael Jackson m’a fait passer par les émotions de la plus extrême violence. Des désirs de tuer symboliquement l’idole chassaient des élans incontrôlés d’affection. Véritable maladie de l’âme, ce personnage, déchirant, contraste d’ombres et de lumières, savait déchaîner en moi les pires crises de conscience. Je l’aimais autant que je savais – parfois – l’humilier.
25 Juin 2009, l’enfance s’envole définitivement. Direction l’abattoir. Le grand frère, le confident secret s’en est allé. Souvent décrié, injustement montré du doigt, Michael Jackson n’a que très rarement été remis en cause par ses fans, « ses amis les plus fidèles ».
C’est cette histoire d’amour tumultueuse et authentique qui fait tout le sel de ce premier essai impudique. Une histoire commune, de celles qui laissent des traces indélébiles. Michael, Jackson et moi, c’est aussi Michael, Jackson et nous.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This