Le cas Sneijder de Jean-Paul Dubois

Le cas Sneijder de Jean-Paul Dubois

Comme son titre l’indique, ce nouveau roman de JP Dubois s’intérese au cas Paul Sneijder, un enième avatar du personnage duboisienne, une sorte de looser monomaniaque passionné des choses mécaniques, aux passions singulières, profondément inadapté au monde, qui n’aime pas sa famille qui le lui rend bien, enfin entendons-nous qui n’aime pas ses enfants et sa femme, mais qui reste fidèle à ses parents sorte de modèle indépassable.
Le Paul Sneijder en question est un survivant. IL est monté dans un ascenceur avec la fille qu’il a eu d’un premier mariage et avec lequel il a peu communiqué pour des raisons qui tiennent surtout à sa deuxième épouse. Il en sort vivant mais devient XXX (le fameux mot qui n’existe pas pour désigner le parent qui a perdu son enfant, signe dirons certains que cette situation est impossible à dire). A partir de là, il devient passionné par les ascenceurs, qu’il tient pour le fondement de la civilisation, collectionne anecdotes et savoirs encyclopédiques sur la question, s’éloigne de sa fille et de ses deux fils (des jumeaux), et trouve un temps une forme de salut en promenant des chiens dans un parc très chic de Montréal. Sans n’être jamais pesant ou cuistre, ces promenades sont pour le narrateur l’occasion de réflexions sur la part animale qui nous habite tous, même si en tant qu’espèce nous construisons des ascenseurs qui peuvent s’effondrer.. parabole de la catastrophe qui rappelle le lien entre la maîtrise technique du monde et la force de la nature ici incarnée par la loi de la gravitation.

Ceux qui connaissent Jean-Paul Dubois y retrouverons aussi son humour habituel, très anglo saxon (ce n’est pas pour rien que j’ai connu Dubois dans une critique de Paperboy de Pete Dixter), son1 talent pour mener un récit et son grand savoir faire pour monter une scène ou des personnages (la femme adultère qui fait du poulet fermier chaque fois qu’elle voit son amant est un des plaisirs de ce roman qui n’en manque pas).

Seule différence : alors que pendant longtemps, Dubois a poursuivi les dentistes d’une sorte de vindicte. Ici ce sont les avocats fiscalistes (les deux jumeaux qui prennent le relais), quand la fille morte et aimée est dentiste.

Roman du temps qui passe, du regret, jamais acide ni complaisant, le cas Sneijder est salutaire dans une époque où « faire son dueil » est devenue une sorte de mantra. C’est le récit d’un deuil impossible, sans que rien ne soit tragique. Dubois est toujours très juste. « Vivre ensemble. c’était déjà impossible de coexister avec sa propre famille. la vie était un sport individuel. On pouvait mourir ensemble dans un ascenseur. Pas y vivre. supporte l’autre était toujours un supplice intime. Surveiller son territoire. Recalculer sans cesse. Pour le reste, les chiens chiaient. Et voilà tout. »
Seule réserve : je tiens les accomodements raisonnables, le précéent ouvrage de J.P. Dubois, pour un très très grand roman. Celui là m’a semblé un cran au-dessous (la rumeur prétend qu’il voulait arrêter d’écrire). A le lire, ceux qui le connaissent retrouveront tout ce qui fait le plaisir de Dubois, ceux qui le découvriront, se réjouiront d’avoir un nouvel ami qui leur parle si justement de la vie telle qu’elle ne va pas. Pour ma part, j’ai retrouvé un vieux compagnon de vie, avec ce sentiment que l’on ressent parfois quand on a vécu des moments très forts avec quelqu’un et que le retrouvant quelques années après, la rencontre est un peu moins forte que dans le souvenir. Un problème de riche.. Foncez le lire.

Chronique rédigée par Christophe Bys 

Le cas Sneijder, Jean-Paul Dubois, L’Olivier ,ISBN 978 2 879298641 ,18 euros,  218 pages

Quatrième de couverture :

Victime d’un terrible et rarissime accident d’ascenseur dans une tour de Montréal, Paul Sneijder découvre, en sortant du coma, qu’il en est aussi l’unique survivant : sa fille bien-aimée, Marie, est morte sur le coup avec les autres passagers.
Commence alors pour Paul Sneijder une étrange retraite spirituelle qui le conduit à remettre toute son existence en question. Sa femme (qui le trompe), ses deux fils (qui le méprisent), son travail (qu’il déteste, et qu’il finira par quitter), tout lui devient peu à peu indifférent. Jusqu’au jour où, à la recherche d’un job, il tombe sur l’annonce qui va lui sauver la vie : il devient promeneur de chiens pour l’agence Dog Dog Walk…
Le cas Sneijder est un livre bouleversant sur un homme qui refuse de se résigner à la perte de sa raison de vivre.
Mais ce roman plein de mélancolie est aussi une comédie saugrenue dans laquelle Jean-Paul Dubois donne libre cours à la fantaisie la plus débridée : entre une esquisse d’une Théorie générale des ascenseurs, la description d’un adultère qui n’échappe pas au grotesque et une plongée dans le monde des promeneurs de chiens, l’auteur d’ « Une vie française » affirme à nouveau son goût pour l’humour noir.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin