Alice de Judith Hermann

Alice de Judith Hermann

Micha, Conrad, Richard, Malte, Raymond, cinq hommes, cinq décès dans l’entourage  d’Alice. Cinq chapitres où Alice perd une connaissance, un ami, un époux. Chaque nouvelle porte un nom d’homme et chaque fois l’homme se meurt ou est mort.

Dans sa chambre d’hôpital Micha, avec qui elle a eu une relation, est en fin de vie, sous morphine il ne remarque pas la présence de Maja, sa compagne, où celle d’Alice qui le veillent. Les deux femmes s’entraident pour garder la petite fille que Micha ne verra pas grandir. L’absence de communication entre les deux femmes marque ce premier chapitre dans lequel les détails matériels de chaque jour prennent de l’importance.

Dans le chapitre Conrad, elle vient pour passer quelques jours de vacances en Italie invitée par Conrad et Lotte, son épouse. A leur arrivée Conrad tombe subitement malade. Alors qu’il se meurt à l’hôpital les jeunes gens profitent des baignades, mangent et boivent au restaurant et font l’amour. Ils vivent leurs vacances.

Richard est un autre ami, à Berlin, on attend son dernier soupir, en fait sa mort est prévue dans le détail. Margaret, son épouse, attend près de lui l’issue fatale, elle attend l’instant où Richard cessera de respirer. Maintenant tout est au point, dit-elle. On a tout précisé. Les musiciens, la chapelle du cimetière, la concession. On a fixé le jour de l’enterrement. Dans trois semaines.

Alice rencontre une autre sorte de mort : le suicide.  Un jour de pluie elle fait la connaissance de l’amant de son oncle Malte qui s’est suicidé il y a 40 ans, avant sa naissance d’Alice.

Et enfin, la mort subite de son mari, Raymond. Alice a plus de mal, elle le voit partout, c’était surprenant toutes ces apparitions, toutes ces natures différentes qu’il pouvait avoir. Elle le voyait, son cœur bondissait, mais, ce n’était pas lui.

Cinq nouvelles pour ce récit qui décrit comment l’attente de la mort et la mort peut être vécue par les proches et l’entourage. Comment il est difficile de trouver les mots qui pourraient apaiser la douleur, par moments cela frôle l’indifférence, les sentiments sont relégués derrière une façade. L’absence de communication est très fort dans ce livre, il explique peut être ce sentiment de vide qu’éprouvent les personnages.

Judith Hermann avec phrases courtes, des mots précis nous plonge dès les premières pages dans l’atmosphère qui rode autour de la maladie et de la mort. Dès le premier chapitre, dès les premiers mots l’émotion nous prend à la gorge. On se retrouve emportés dans l’histoire, on ne peut l’interrompre. On revit, pour certains, ce vécu des situations liées à la mort d’un proche, ces moments où on ne sait plus reconnaître la réalité.

Un livre impressionnant, où l’auteur fait bien sentir que les morts ne disparaissent pas tout à fait, ils nous accompagnent, ils vivent dans nos souvenirs, même si au fil du temps leur image et leur odeur s’estompent un peu.

 

Chronique rédigée par Anne-Sophie 

Alice, Judith Hermann, Albin Michel , ISBN 978-2226231543

Quatrième de couverture :

Si elles ne constituent pas un roman, les cinq textes qui composent ce recueil sont fortement reliées par la présence de l’héroïne, Alice, l’évocation récurrente de certains personnages, et la thématique : chaque nouvelle a pour titre un nom d’homme et, chaque fois, cet homme va mourir, meurt ou est mort. Il s’agit d’un homme jeune qu’Alice a aimé ( » Micha « ), d’amis plus âgés ( » Conrad « ,  » Richard « ), d’un oncle qui s’est suicidé à 22 ans, juste avant la naissance d’Alice ( » Malte « ) ou du mari d’Alice ( » Raymond « ). Sans aucun artifice, Judith Hermann réussit à créer des ambiances extrêmement fortes et tendues et à rendre avec émotion et justesse les sensations, les pensées fugitives, les moments d’irréalité, le vécu très particulier de ces situations liées à la mort d’un proche. En mettant au service de ce thème grave son style, sa sensibilité, sa finesse, Judith Hermann n’est plus seulement l’écrivain hyperdouée de la mélancolie et des trentenaires indécis. Elle a grandi et franchi un pas décisif.

Biographie de l’auteur

Judith Hermann est née en 1970 à Berlin. Son premier recueil de nouvelles, Maison d’été, plus tard (Albin Michel, 2001) s’est vendu à plus de 200 000 exemplaires en Allemagne et lui a valu plusieurs prix littéraires. « Alice » est son troisième recueil, après « Rien que des fantômes » (Albin Michel, 2005). Ses livres sont traduits dans 24 langues.


une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin