Nu rouge de Frédéric Touchard

Le tableau « Nu Rouge » du peintre Édouard Pignon est le point de départ du premier roman de Frédéric Touchard.

Cette toile s’efface rapidement devant la personnalité et le parcours de ce peintre du nord, fils de minier qui trouvera lumières et couleurs dans le sud de la France où il côtoya Picasso tout en poursuivant sa propre quête communiste.

Camille accomplit le chemin inverse en miroir : fille de résistant elle remontera vers le nord à la découverte de sa propre lumière, et côtoiera jean sous les couleurs minières à la poursuite de son propre « destin ».

Selon un lent processus décrit méticuleusement par Frédéric Touchard, par ailleurs auteur de nombreux films documentaires, la mise à nu de Camille, comme annoncé dès le départ, finira dans le rouge. En trois chapitres extrêmement fouillés le lecteur découvre la réalité culturelle, sociale et politique de cette région qui a l’instar du peintre et de Camille doit tout à son histoire et qui, sans renoncer à ses idéaux, cherche aujourd’hui à conserver son identité profonde.

Le titre des trois grands chapitres de ce roman enseigne aux lecteurs qu’il faut descendre dans les « mines », poursuivre les « combats » pour atteindre enfin les « rives ». En une narration précise qui ne dédaigne pas les nombreuses parenthèses, citations ou extraits documentaires, Jean analyse et commente au plus juste Camille, qui raconte avec idéalisme le peintre Pignon, qui a peint avec énergie les thèmes de sa vie. Cet ensemble de points de vue et lumières facettent une quête humaniste débordant largement cette région pour englober le monde entier et ses problèmes actuels. Jusqu’à Jean le narrateur qui s’auto-commente, tout est prétexte dans cette histoire à digression, reportage, connaissance dans un souci rigoureux et constant de vérité. Aucune situation ou fait historique, aucune violence ne sont occultés ou édulcorés.

Au final ce roman aux couleurs du nord et à la rigueur du documentaire, sous la plume mesurée et authentique de Frédéric Touchard, charmera à sa façon tout « honnête » lecteur.

Comme le dit Camille à la page 120 : « L’art ne m’intéresse que s’il est à la hauteur de l’humanité ».

 

Chronique rédigée par Christiane Miège 

 

Nu rouge, Frédéric Touchard, Arléa,  ISBN 9782869599437

 

Quatrième de couverture :

Terminant sa thèse sur Édouard Pignon, c’est vers le Nord-Pas-de-Calais, région natale du peintre, que Camille décide de partir. Elle veut mettre ses pas dans les siens, retrouver les lieux de son enfance, voir de ses yeux les lumières, les gens, les paysages qui ont inspiré le peintre. Mais, très vite, cette quête va prendre une autre dimension.

Guidée par Jean, rencontré par hasard et avec qui se noue le début d’une histoire, elle plonge dans une réalité qu’elle n’imaginait pas, faite de luttes et de traditions ouvrières malmenées par la disparition des mines et des filatures.

Dumont Cassel à Marles-les-Mines, de Roubaix à Dunkerque, mais aussi à Calais, elle découvre pêle-mêle et en accéléré les blessures de la Grande Guerre, les friches industrielles, l’errance désespérée des sans-papiers. Chaque rencontre, chaque lieu visité lui parlent de résistance et d’engagement politique. Mais que pèse sa vie face à ce destin collectif ?

Rien ni personne, même pas Jean, surtout pas Jean et son amour naissant, ne pourra l’empêcher d’aller vers son destin. Et le geste insensé qu’elle décide d’accomplir la révélera à elle-même.

Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
1 pingback on this post
Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved