La dernière nuit de l’émir d’ Abdelkader Djemaï

En 1843, il aura fallu 5 mètres de haut et 22 mètres de long au peintre Horace Vernet pour donner à voir « La Prise de la Smala à Abdelkader par le Duc d’Aumal », aujourd’hui 26 courts chapitres suffisent à Abdelkader Djemaï pour nous faire revivre « La dernière nuit de l’Émir ». Un peu plus de 100 mètres carrés d’art français pour un peu plus de 100 pages de prose orientale, le premier pour glorifier avec tout le panache superficiel qu’on lui connaît le Duc d’Aumale, le deuxième pour louer avec poésie et rigueur historique l’Émir Abd el-Kader. Deux époques différentes, deux visions de l’art et de l’histoire pour une bataille épique entre deux mondes, le dernier livre d’Abdelkader Djemaï est une merveille de papier à l’ampleur d’une fresque.

Ce récit sans chronologie énumère avec précision réaliste et douceur d’orient les différents aspects de ce moment clé de la reddition de l’émir, après 15 ans de résistance et nombre de batailles épiques. Le titre de chaque chapitre taille en facettes ce moment clé de l’histoire. Au-delà de l’affrontement entre deux pays, religions et cultures c’est une leçon universelle et humaniste que défend Djemaï en la personne de cet émir à la destinée extraordinaire. Sans tomber dans l’hagiographie, entre légende fleurie et vérité historique, le lecteur sent le souffle infini du désert lui conter l’effroyable vérité. Le talent de l’auteur est de concilier fond documenté rigoureusement réaliste et forme orale millénaire et poétique.

Ses évocations de la Smala, tribu mouvante de milliers d’hommes, femmes et enfants, ses descriptions de la sauvagerie cruelle des batailles, dont les chiffres étourdissent, son admiration de la figure magnifiée des hommes, dont les héroismes ou traîtrises écrivent l’Histoire, tout cela transcrit dans une langue évocatrice et enchanteresse font de Abdelkader Djemaï le digne héritier des récitants. Et au-dessus de la mêlée : le flamboyant Émir Abd el-Kader avec ses qualités de chef guerrier, de religieux soufi, de fin lettré aux milliers de livres et nombreux poèmes, jusqu’à son étalon noir et pur de sang qu’il offrira à l’ennemi. Celui-là qui trahira sa promesse en détournant « Le Solon » de sa route initialement prévue pour Alexandrie ou St. Jean d’Acre et que l’histoire souvent cyclique poussera également à l’exil.

La vie de l’Émir se poursuivra riche encore de ses qualités.

Sa biographie ainsi que la documentation de l’auteur donnée en fin d’ouvrage invitent le lecteur curieux à prolonger l’étude.

Et longtemps le livre d’ Abdelkader Djemaï, selon ses voeux, transmettra la mémoire de ce Jugurtha moderne.

Chronique rédigée par Christiane Miège

La dernière nuit de l’émir, Abdelkader Djemai, Seuil, ISBN  9782021039276

Quatrième de couverture :

Le 24 décembre 1847, l’émir Abd el-Kader (1808-1883) attend, dans le froid et la pluie, d’embarquer sur Le Solon qui a mouillé dans le petit port de Djemâa-Ghazaouët proche de la frontière marocaine. La veille, après une résistance de quinze années contre le corps expéditionnaire français, il avait signé sa reddition sous la promesse d’être conduit, avec quatre vingt seize de ses proches et compagnons, à Alexandrie ou à Saint-Jean-d’Acre.

A travers la vie de l’émir, chef de guerre mais aussi chef d’état, poète, maître soufi et grand voyageur, Abdelkader Djemaï fait revivre une des épopées les plus marquantes du XIXe siècle.

Les paysages d’Algérie qui ont vu naître et combattre l’émir, Tagdempt la capitale qu’il batît entre le Tell et le Sahara, l’impressionnante Smala, ville itinérante de vingt mille habitants, puis l’exil en France, en Turquie et en Syrie servent de toile de fond au destin d’un personnage exceptionnel, homme de progrès, de dialogue et de tolérance.

Abdelkader Djemaï est notamment l‘auteur de Camping, deGare du Nord, du Nez sur la vitre, d’Un Moment d’oubli et deZohra sur la terrasse, romans et récits parus au Seuil.

Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
1 pingback on this post
Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved