Dans un avion pour Caracas de Charles Dantzig

Dans un avion pour Caracas de Charles Dantzig

« On ne lit pas pour le livre, on lit pour soi. Il n’y a pas plus égoïste qu’un lecteur. » Nous disait Charles Dantzig dans « Pourquoi lire ? »

L’inconfort et l’ennui de Charles Dantzig lors des voyages transatlantiques doit être tel qu’il se venge en nous les infligeant à son tour sous la forme d’un roman qui bat de l’aile. Son enthousiasme pour la philologie n’a d’égal que sa détestation pour la tyrannie de Chavez. Les digressions s’envolent et observent le monde du haut de son érudition. Le sujet est élevé, mais quand on voyage dans une boîte en fer blanc, on rate l’atterrissage. Les quatrièmes de couverture promettent le septième ciel : cette lecture traverse l’azur sans qu’on puisse le toucher, nous écœure de ses turbulences hautaines, et son babil creux tout sauf passager achève de nous irriter. À l’inverse des consignes de bord écrites simplement pour être comprises du plus grand nombre et dont la liste des catastrophes peut terrifier le voyageur infantilisé, Charles Dantzig aligne des oukases dans un style alambiqué, de crainte de n’être compris trop facilement ? – sa litanie méprisante et téléphonée de tout ce qui lui gâche la vie devient ridicule pour tout lecteur adulte. Enfonçant les portes ouvertes de la pensée, tapant dans le vide de son contentement, la dépressurisation de la lecture précipite le lecteur dans l’effarement. Comment perdre en vol un esprit affuté comme le concorde pour quelques boulons mal serrés : exigence littéraire, rigueur éditoriale et envol des mots vers l’azur

« Les livres d’un bon écrivain sont mieux que lui. », répondait Charles Dantzig

Chronique rédigée par Christiane Miège 

Dans un avion pour Caracas, Charles Dantzig, Grasset , ISBN 978-2246788980

Quatrième de couverture :

Un homme est parti à la recher che d’un ami disparu. Cet ami, célèbre spécialiste des mots, un philo – logue, a été enlevé au Vene zuela. Pendant les neuf heures du trajet entre Paris et Caracas, le narrateur va essayer de comprendre la raison pour laquelle il a décidé d’écrire un livre sur Hugo Chavez, le président du pays.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin