Le révélateur de Mireille Juchau

En photographie le révélateur est un produit chimique qui permet de faire apparaître et de fixer une image sur le papier.

En français, révéler est l’action de dévoiler une réalité inconnue jusque là.

Ce roman de Mireille Juchau, critique d’art, est une métaphore habilement construite autour de son héroïne, photographe, dont la vie intérieure et professionnelle passera de la chambre noire à la lumière selon ce processus photographique et symbolique.

Savamment construit en 3 parties, « Le révélateur » raconte 3 générations de femmes qui apparaissent et disparaissent au gré de la grande Histoire. La tragédie majeure de la deuxième guerre mondiale les éparpillera entre 3 villes : Sydney, New York, Berlin. Quand l’une part ou s’évanouit, une autre se découvre. Ce lent ballet de disparition et transmission, de vie et de mort, de perte et de renaissance nécessitera l’étirement du temps et la lente maturation que prend une photo pour sortir du blanc et fixer sa réalité sur le papier grâce au bain révélateur.

Le style de Mireille Juchau est sensible comme une pellicule photographique. Le blanc originel et fondateur du papier ou de la neige que le noir de la tragédie impressionne, photographie le lent processus de résilience que chacune doit entreprendre pour surpasser perte ou deuil. Lotte la grand mère, Martine la mère et Ruby la petite fille, tour à tour image et révélatrice, imprimeront la réalité de leur combats intérieurs au gré de leur sensibilité. Pour continuer à vivre malgré la noirceur des souvenirs et les gros grains de l’existence, l’oeil de Martine photographie son entourage et ses proches dans ses moindres détails signifiants

La patience que les artistes connaissent quand ils accomplissent leur tirage, la lenteur révélatrice qui impose son rythme au processus se retrouve dans ce roman qui s’étire parfois un peu trop et qui, malgré sa construction intelligente et sensible, engourdît le récit sous une pellicule de monotonie forcement répétitive. La fin tant attendue était prévisible et l’accumulation des renvois symboliques découvrent la composition en miroir jusqu’à perdre le naturel des situations.

Mais au delà de ces réserves, par la grâce de l’écriture fluide de Mireille Juchau, il reste flottant derrière nos yeux ce supplément d’âme que les photographies captent parfois, ces moments pris au noirs et aux blancs de la vie qui témoignent en image de ce que les mots peinent souvent à dire :

« Ce n’est pas la photo qui révélait les choses cachées, mais le chagrin ».

Chronique rédigée par Christiane Miège

le révélateur, Mireille Juchau, Mercure de France, ISBN 978-2715231559

 Quatrième de couverture :

Traduit de l’anglais (Australie) par Josette Chicheportiche

« Alors qu’elle expose la première image, elle aperçoit en arrière-plan une petite silhouette assez floue. Elle augmente le temps d’exposition et un visage surgit de la blancheur. Une petite fille blonde, les traits délicats, des jambes longues, des bras fins, âgée de sept ans environ. Tu n’étais pas censée la voir, se dit Martine. L’avait-on délibérément dissimulée ? Seul quelqu’un qui s’y connaissait en photos, qui possédait les techniques du développement pouvait la découvrir…
Et soudain l’évidence s’impose à elle avec une force brutale et la frappe dans les tripes, dans le cœur… »

Martine est une jeune photographe australienne de talent partie faire carrière aux États-Unis. Elle a laissé derrière elle ses parents, des Juifs allemands ayant réussi à quitter l’Allemagne à la veille de la guerre. Leur passé, qu’elle devine lourd, elle ne le connaît pas. Ce qu’elle veut, c’est vivre sa vie, aller de l’avant.
À New York, elle tombe amoureuse de Joe, ils ont une petite fille. Le bonheur ? Oui, mais bref. Quand le malheur frappe, elle se rapproche de sa mère qui lui confie d’anciennes photos. En les examinant avec un révélateur – un bain qui transforme l’image latente en image visible – Martine découvrira un déchirant secret de famille. Mais faut-il tout savoir du passé ?

Mireille Juchau est critique d’art et auteur d’une pièce de théâtre couronnée par plusieurs prix en Australie. Le révélateur est son deuxième roman, le premier traduit en français.

Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
1 pingback on this post
Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved