Le jeu des ombres de Louise Erdrich

Le jeu des ombres de Louise Erdrich

Avertissement au lecteur : amateur de confidences mielleuses et de journaux intimes regorgeant d’états d’âme s’abstenir. 

Le Jeu des Ombres, publié en 2010 aux US sous le titre original de Shadow Tag, arrive en France pour cette rentrée littéraire 2012.

La trame : Dès lors qu’Irene America découvre son mari, Gil, un artiste devenu célèbre grâce aux nombreux portraits qu’il a fait de sa femme dans toutes les positions, en train de lire son journal intime, elle en commence un second. Dans ce dernier, elle continue à écrire sa vérité sur son mariage. Dans le premier, en revanche, elle laisse libre court à son imagination et invente des escapades sexuelles destinées à faire enrager son mari. Leur couple, qui repose sur un étrange équilibre entre affection et dépendance abusive, amour et haire, bat de l’aile malgré leurs efforts pour sauver les apparences face à leurs enfants.

 

Louise Erdrich dépeint avec talent cette relation et aborde avec tact le thème de la rupture dans le couple. Loin des clichés et des extrêmes, elle nous montre comment, dans les situations les plus tendues, l’affection entre deux époux jaillit encore de façon impromptue. L’alternance entre les deux journaux et un récit à la troisième personne (dont le narrateur omniscient n’est révélé que dans le dernier chapitre) confère au roman toute sa profondeur.

« Le nouveau roman de Louise Erdrich est un petit chef d’œuvre de tension narrative sur le thème de la relation de couple conflictuelle […] » 

The Washington Post (03/02/2010)

 

Chronique d’ Aurélie Mezbourian

Le jeu des ombres, louise Erdich, Albin Michel, ISBN-13: 978-2226243072, Traduit de l’Anglais (Etats-Unis) par Isabelle Reinhare

 

Quatrième de couverture :

« Un des romans les plus beaux, les plus urgents, de Louise Erdrich. Un chef-d’œuvre. » The Washington Post

Rythmé à la manière d’un thriller sombre et tragique, Le jeu des ombres est sans doute le livre le plus personnel de Louise Erdrich. Construit comme un huis-clos hypnotique, portrait d’un mariage et d’une famille sur le point de voler en éclat, d’un homme et d’une femme en proie à la violence d’un face-à-face, c’est aussi une réflexion sur les cicatrices qu’une histoire collective douloureuse peut laisser sur les individus.

Gil est un peintre reconnu qui doit son succès à Irene, sa femme, un écrivain qui a longtemps été son modèle. Quand elle découvre que son mari lit son journal intime, Irene décide d’en rédiger un autre, qu’elle met cette fois-ci en lieu sûr. Elle y livrera sa vérité, se servant du premier comme d’une arme pour manipuler son unique lecteur. Une guerre psychologique commence, qui va révéler le côté obscur de chacun des personnages.

En faisant alterner les journaux d’Irene et un récit à la troisième personne, Louise Erdrich témoigne, une fois de plus, d’une prodigieuse maîtrise narrative.

 



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin