Les désorientés d’ Amin Maalouf

Ce récit à deux voix, doublé d’un journal, narre le retour physique et intérieur d’Adam au pays de sa jeunesse, du temps béni d’avant la guerre.

En écrivain-historien, Amin Maalouf interroge sa mémoire et les documents privés de son personnage (lettres/mails), qui n’ont cessé de relier les amis d’alors, éparpillés aussi bien géographiquement que psychologiquement.

Finement, les choix qui ont orienté chacune de ces vie sont méticuleusement décortiqués. Adam, constamment en quête de moralité, n’a de cesse d’être toujours au plus juste de ses pensées et de ses actes. Il en est de même pour Amin Maalouf toujours soucieux d’exactitude historique.

Un peu poussif et lisse dans le classicisme de sa narration, l’intérêt du livre réside surtout dans l’ enquête psychologique de chaque destin et emporte le lecteur dans une ronde, qui s’avère malheureusement répétitive. 16 jours – autant de chapitres -, pour ce voyage qu’ Amin Maalouf résume sans cesse. Il reprend régulièrement son cheminement théorique, répète à chaque personne ses réflexions déductives, et finit par user de causeries trop fabriquées notre attachement sincère pour cette bande d’amis tout de même prototypés.

Adam en quête continuelle de sa vérité, et l’historien Amin Maalouf analysent à deux voix un monde passé et à venir. Ils décryptent l’exil ou son contraire : la compromission fatale à rester sur place. Ils ciblent la religion comme cause de conflit ou comme refuge consolateur. Sans éviter l’intégrisme et le choix de la lutte armée, la réussite et l’argent plus ou moins bien gagné, crimes et responsabilités sont soigneusement évalués. Ces thèmes existentiels cheminent au rythme mélancolique et chaleureux de l’attachement pudique du narrateur pour son passé à jamais éteint. Le livre se feuillette comme un album pastel.

Chaque ami incarnait une voie possible au moment de l’effondrement d’un monde, et sans condamner aucune de ces options, pétri d’objectivité « aimable » et de politesse orientale, Amin Maalouf, le livre refermé, laisse le lecteur  » comme la planète, comme nous tous, en sursis. « 

Chronique de Christiane Miège

Les désorientés, Amin Maalouf, Grasset, ISBN 978-2246772712

Le fil rouge :

Quatrième de couverture :

« Dans Les désorientés, je m’inspire très largement de ma propre jeunesse. Je l’ai passée avec des amis qui croyaient en un monde meilleur. Et même si aucun des personnages de ce livre ne correspond à une personne réelle, aucun n’est entièrement imaginaire. J’ai puisé dans mes rêves, dans mes fantasmes, dans mes remords, autant que dans mes souvenirs.
Les protagonistes du roman avaient été inséparables dans leur jeunesse, puis ils s’étaient dispersés, brouillés, perdus de vue. Ils se retrouvent à l’occasion de la mort de l’un deux. Les uns n’ont jamais voulu quitter leur pays natal, d’autres ont émigré vers les Etats-Unis, le Brésil ou la France. Et les voies qu’ils ont suivies les ont menés dans les directions les plus diverses. Qu’ont encore en commun l’hôtelière libertine, l’entrepreneur qui a fait fortune, ou le moine qui s’est retiré du monde pour se consacrer à la méditation ? Quelques réminiscences partagées, et une nostalgie incurable pour le monde d’avant. »

Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
1 comment on this postSubmit yours
  1. Un des romans les plus attendus de la rentrée. Amin Maalouf ne cesse pas de nous émerveiller avec ses histoires.

2 total pingbacks on this post
Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved