Chaos Brulant de Stéphane Zagdanski


Le dernier roman de Stéphane Zagdanski emprunte son titre à une citation de Nietzsche, son point de départ à l’affaire DSK et son fond (de commerce) à la folie des hommes et de la société du spectacle. Guy Debord n’est pas la seule référence de cet auteur, pétri d’érudition et doué d’une plume acérée. Mais malgré un style irréprochable, l’ennui et la fatigue l’emporte sur l’érudition.

Son chaos brûlant devient le bûcher de ses vanités.

Au feu ! , aux fous !

Stéphane Zagdanski nous submerge de ses considérations sur l’état d’un monde, qui s’enfonce dans une crise financière, alors que le directeur du FMI s’extirpe d’une chambre du Sofitel de NY.

La parole donnée aux schizophrènes, qui porte au délire celle de leur patronyme : Kant, Kafka, Artaud, Darwin, Omer Simpson, Bobby Fischer, pour n’en citer qu’une partie, est une solution de facilité, qui permet toutes les interprétations déjantées à l’auteur. L’antisémitisme, la psychanalyse, les théories économiques, culturelles, historiques rejouent la scène primitive du Sofitel jusqu’au salmigondis des concepts, resservent une bouillie in-signifiante et perdent le lecteur incrédule dans un fatras pouffant. Les libertés prises avec la typographie sont peu convaincantes, et rivalisent de ridicule avec les dialogues prêtés aux principaux protagonistes. DSK traumatisé par le tremblement de terre d’Agadir, Nafissatou Diallo engluée dans la sémantique peule, et les biographies inutiles des avocats ne sont que prétextes pour une couche de plus au discours creux de notre société. La surmédiatisation de l’événement l’ayant vidé de son sens, ce livre édité après la tempête finit d’achever un lecteur las.

L’auteur s’amuse, fustige, virevolte entre les concepts et les mots, mais c’est un livre sans fond où rien ne surnage. Au lecteur de s’en contenter comme d’une énième redondance de notre société, et de se désoler de tant d’érudition et d’énergie perdue.

Comment le directeur du FMI ruina ses chances pour la présidence de la France ?Comme ce livre d’érudit et bien écrit, rate sa place dans la littérature.

Chronique de Christiane Miège

Chaos brulant, Stéphane Zagdanski, Seuil, ISBN  978-2021091533


Chaos brûlant – Stéphane Zagdanski par EditionsduSeuil

Le fil rouge :

 

 

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

Pourquoi est-ce à New-York que la terre a tremblé le 23 août 2011 ?
Chaos brûlant, c’est la chronique de la démesure sexuelle, médiatique, politique et financière du
monde moderne, telle qu’elle éclata dans toute sa virulence au cours de l’invraisemblable été 2011.
Cette démence universelle, dont l’affaire DSK est l’un des révélateurs, il était logique de l’envisager
depuis le coeur du Manhattan Psychiatric Center, à New York, où quelques fous surdoués, devisant
devant la télévision, Youtube, ou Twitter, commentent avec une joie cruelle les faits les plus délirants
de cette période.
Qui sont-ils ? Le narrateur schizophrène, d’abord, surnommé « Sac d’Os », qui porte un squelette
tatoué sur tout le corps. Son ami psychotique « Luc Ifer », qui adopte, pour juger l’humanité se ruant
à sa perte, le cynisme suraigü de Satan. Et puis « Karl Marx », le meilleur juge de la mutation
moderne de la Finance ; « Franz Kafka », qui sait tout sur la possession mystique des êtres ;
« Sigmund Freud », au scalpel duquel aucune âme ne résiste ; « Antonin Artaud », jugeant en
connaisseur les sortilèges qui font, à quelques marionnettes ultra-célèbres, gesticuler leur gigue
grotesque au-dessus du dévorant brasier de l’époque.

Biographie de l’auteur

Stéphane Zagdanski est né à Paris en 1963. Il est l’auteur d’une quinzaine de romans et d’essais,
dont Les Intérêts du temps (Gallimard, 1996), Miroir amer (Gallimard, 1999), Pauvre de Gaulle !
(Pauvert, 2000) et Debord ou la Diffraction du temps (Gallimard, 2008). Chaos brûlant est le premier
ouvrage qu’il publie au Seuil.
Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
1 comment on this postSubmit yours
  1. Une critique dure et très agréable à lire. Fichtre quelle plume !
    « ce livre édité après la tempête finit d’achever un lecteur las ». Cela me semble résumer la raison de ne pas écrire sur le sujet et pour laquelle je n’aurai pas lu ce bouquin.

1 pingback on this post
Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved