L’hiver des hommes de Lionel Duroy ( 2 )

Nouvel ouvrage de Lionel Duroy, ancien journaliste, qui poursuit son étude quasi sociologique sur l’enfance, la famille et surtout ses travers commencée avec une critique sans concession sur la sienne ; « Priez pour nous » puis « Le Chagrin » qui lui ont valu l’admiration du public (moi en premier) et le rejet violent de tous les siens (ascendants et descendants) pour cette fois-ci se plonger dans les affres d’une des dernières guerres européennes (l’ex Yougoslavie) et essayer via son double littéraire, ici Marc, d’apporter son éclairage sur le sentiment des enfants des bourreaux, dictateurs sanguinaires et criminel de guerre à l’égard de leur géniteur.

Ce qui reste quand même au coeur de ce livre c’est l’étude des racines du mal qui rongea et pourrit encore les différentes entités qui constituent l’ex Yougoslavie ; le nationalisme arbitraire et sanglant. Comme on pouvait s’en douter, à travers les récits et interviews récoltés par cet écrivain entre Bosnie et Serbie et son propre ressenti, le conflit était prévisible et pire encore il peut renaitre très vite dans ce XXI ème siècle avec tous ces mouvements et manifestations nationalistes qui peuplent les colonnes de nos journaux et flashs d’actualité.

A la base de la démarche de l’écrivain Marc, en totale immersion entre Bosnie et Serbie, un fait anodin (pour nous) et dramatique pour le criminel de guerre Mladic, le suicide supposé de sa fille préférée et la plus impliquée dans le combat de son père alors qu’il est encore un leader politique et militaire incontesté après un plan de carrière, jusque là sans faute et en étendant cela aux autres enfants de criminels et dictateurs . Enquête sans concession sur cette disparition puis par extension sur les rouages de la montée en puissance de ce conflit et son explosion.

Marc, notre narrateur nous livre ses constatations et diagnostics sans gant, tel qu’il le vit dans la rencontre de ces anciens acteurs de ce conflit alors même qu’il est en pleine rupture sentimentale avec Hélène, sa femme er en froid avec son fils, il y a là des similitudes flagrantes avec Lionel Duroy. C’est en cela que je retrouve ses vieux démons et règlements de compte familiaux.

Ecriture soignée, états d’âmes bien rendus, vérités historiques respectées et vison assez objective de ce conflit, je suis sorti emballé de cette lecture

 

Chronique d’Olivier Bihl 

 

L’hiver des hommes, Lionel Duroy, Julliard 

 

Quatrième de couverture :

Fasciné par le destin des enfants de criminels de guerre, Marc part à Belgrade en 2012 pour enquêter sur le suicide de la fille du général Mladic, accusé de crimes contre l’humanité par la justice internationale et pourtant vénéré dans son pays. Dans la minuscule république serbe de Bosnie, Marc se retrouve face aux acteurs de ce conflit abominable. Avec une franchise déconcertante, ils racontent les désastres qu’ils ont vécus, les atrocités qu’ils ont commises pour conquérir une paix improbable. Aujourd’hui, ils ont le sentiment d’avoir gagné, ils ont chassé les Musulmans et les Croates. Enfermés dans un territoire ethniquement pur, ils ont réalisé ce rêve nationaliste qu’on voit resurgir aux quatre coins de l’Europe : se débarrasser enfin de l’autre. Mais leurs frontières infranchissables ne sont qu’une prison derrière laquelle meurt tout un peuple.

Lionel Duroy pose sur ces êtres démunis, enlisés dans leurs certitudes, un regard lucide et empreint d’empathie. Ces hommes et ces femmes sont-ils les derniers survivants d’un monde qui disparaît ou les précurseurs d’un désastre à venir ?

Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
1 comment on this postSubmit yours
  1. Marché de dupes.

    Marc est un journaliste français. Il retourne en Bosnie après de nombreuses années. A l’époque, il était venu couvrir la guerre civile de l’ex-Yougoslavie. Aujourd’hui, il s’y rend avec deux objectifs en tête : d’abord, enquêter sur le suicide présumé, en 1994, de la fille du Général Mladic, leader serbe de l’époque. Ensuite, fuir Paris et surtout Hélène, son épouse qui lui a annoncé son envie de divorcer.

    Marc arrive à Sarajevo au tout début de l’hiver balkan. Il souhaite retrouver les témoins ayant connu le Général et sa famille. Il cherche à comprendre ce qui est arrivé à Ana, que l’on a retrouvé morte quinze ans plus tôt, tuée avec l’arme de collection de son père dans sa chambre d’adolescente. Toutes les preuves confirment un suicide. Qu’est-ce qui a pu pousser cette jeune fille apparemment heureuse, adorée par son père et bénie des Dieux « serbes », à mettre fin à ses jours ?

    Son enquête le conduit alors hors de la grande ville. Il voyage à travers le pays jusqu’à une enclave, perdue dans les montagnes autour de la ville de Pale. Ses habitants lui ont donné le nom de Republika Srpska, petit territoire fermé, au milieu d’une Bosnie multi-ethnique. Ses habitants sont doublement coupés du monde : d’abord par un climat rude, un paysage montagneux difficile et une route défoncée mais surtout par la haine de la population pour tout ce qui est leur rappelle que la Bosnie est majoritairement musulmane.

    Marc va de rencontres en rencontres, toutes plus inquiétantes et incroyables les unes que les autres… des anciens gradés de l’armée du Général qui lui vouent encore un culte démesuré, des membres de la famille qui remettent en cause le suicide officiel, des hommes politiques qui mettent en doute la légitimité des charges portées contre le Général par le Tribunal Pénal International. Les témoignages divergent. Personne n’est sûr des causes réelles de la mort d’Ana mais tous sont convaincus du bien fondé de leur actions d’antan. Le journaliste poursuit ainsi son errance pendant plusieurs semaines et finit par rentrer sur Sarajevo sans avoir trouvé les réponses à ses questions.

    La couverture médiatique de la Rentrée Littéraire 2012 avait présenté « L’hiver des hommes » comme un livre évènement, une œuvre de réflexion : Comment peut-on vivre lorsque l’on est issu d’une famille de monstres ? N’y-a-t-il pas d’autre salut que le suicide ? Peut-on pardonner, avancer après l’horreur ?

    Lorsque l’on referme le livre de Lionel Duroy, on ne peut que ressentir de la déception. L’hiver des hommes laisse même une impression de livre bâclé comme si l’écrivain avait perdu, au fil des pages, les raisons qui l’ont poussé à écrire. Tout sonne faux. Le style se veut polar avec une ambiance inspirée du « troisième homme », mal mise en scène. Les personnages sont caricaturaux dans leur ruralité animale et sans aucune profondeur. Les villages enneigés font décors de cinéma, artificiellement sales et délabrés. Quant aux flash-back de sa vie amoureuse, ils font plaqués, mécaniques et écris sans aucune intensité émotionnelle.

    L’auteur développe au début du livre une thèse : Il met en parallèle le suicide d’Ana Mladic avec les histoires singulières d’enfants de dignitaires Nazi, qui, eux aussi, avaient mis fin à leurs jours. Mais visiblement lassé par son artifice ou bien coincé dans son récit, Lionel Duroy abandonne sa belle idée dans le premier tiers du livre pour ne plus y revenir ! Et que viennent donc faire tous les sms de sa femme, qui tombent au beau milieu des interviews de ces soldats du passé ? Rien… pour le lecteur en tous les cas.

    Quel était le but poursuivi par Lionel Duroy à l’écriture de ce livre ? Enquête journalistique sur un fait d’histoire ? Thérapie familiale en public ? Apologie de crimes de guerre ? Le sait-il lui même ? Je n’ai malheureusement pas trouvé de réponse à cette question… Une certitude : ce qui était promis à l’extérieur n’est pas délivré à l’intérieur. Un gros coup de bluff. Un vrai marché de dupes.

Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved