« Petite table, sois mise !  » d’ Anne Serre

60 pages peuvent suffire à faire grande oeuvre, tabou et inceste peuvent ébranler notre morale et nos idées reçues, l’art peut sauver une vie à défaut de la changer. Comme preuve le dernier et magnifique livre d’Anne Serre. Tout à la fois une étrangeté littéraire et morale déconcertante, un conte libertin et licencieux, et un plaisir troublant pour les sens et l’esprit. On en ressort l’âme secouée mais les yeux émerveillés. Ce court texte auto-fictionnel n’est peut-être pas à prendre à la lettre, mais ses mots nous ravissent assurément dans les filets de la grande littérature.

Surgi de l’enfance, « Petite table, sois mise ! » emprunte son titre à un conte de Grimm, et depuis Bruno Bettelheim, on relit autrement les contes de fée. Ici l’enchantement surgit de la table ronde d’un salon bourgeois, qui tend son plateau en miroir devant les ébats incestueux d’une famille et de quelques amis libertins. La surface laquée, lisse et brillante reflète des plaisirs interdits, entre adultes et enfants joyeusement entremêlés, sans aucune vulgarité. Au contraire, ces jeux orgiaques et toujours légers ont la saveur lumineuse et l’humour sensuel de l’écriture délicate d’Anne Serre. Les faits sont posés comme on dresse la table, les plaisirs sont de chair et de lecture, la joie baigne les participants dans une lumière, qui se joue des ombres d’un passé calmement revisité par l’auteure. La fin du récit décrit l’ouverture au monde de la jeune fille de 15 ans quittant la maison, et la naissance d’Anne Serre à la littérature. Aujourd’hui ces souvenirs si particuliers sont transcendés par le continuel travail exigeant et vital de l’écriture.

Si le sujet reste choquant et le récit déconcertant, car ne livrant aucune interprétation ou explication, seuls les faits et le naturel s’expriment, en même temps, la bonne humeur exulte. La curiosité et l’inquiétude sociale sont aisément détournées, l’inconvenance et l’impensable troublent, alors que le vocabulaire minutieux et précieux apaise. Par quelle baguette magique ce récit énigmatique d’une enfance particulière enchante ? L’émoi érotique flotte dans l´air et surgit également des échappements du récit à toute morale ou compréhension. Demeurent l’insaisissable, les blancs dans le récit et le plaisir, à n’en pas douter, d’Anne Serre de jouer, enfant avec les corps, et désormais adulte, avec les mots.

Ce récit au delà du bien et du mal est essentiellement littérature, la meilleure

Chronique de Christiane Miège.

« Petite table, sois mise! », Anne Serre, Verdier, ISBN : 978-2-86432-688-5

Quatrième de couverture :

Dans une série de scènes érotiques où la joie le dispute à l’énormité des situations et des propos tenus, Anne Serre se livre à un jeu de débordements qui, loin de déconcerter le lecteur, lui offrent un véritable enchantement.
Dans une scène originelle, «  la table au disque luisant  » fonctionne comme objet érotique mais aussi comme objet de divination, objet fascinant chargé de messages que la narratrice sera plus tard amenée à décrypter lorsqu’elle aura quitté l’enfance.
Elle rencontre aussi sur son chemin nombre de personnages qui seront pour elle autant de signes qui participeront secrètement à la construction de soi.
Au terme d’une errance à la fois dramatique et confiante, elle pourra enfin énoncer la formule magique du conte de Grimm : Petite table, sois mise  !
Jane Austen disait que «  les narrateurs doivent raconter un mystère  ». C’est bien un parcours énigmatique que trace ce récit qui a le charme et la résonance profonde d’un conte.

Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved