Les Mensch de Nicolas Couchepin

« Les Mensch » sont une famille digne d’un roman et d’alimenter les journaux à sensation, dont un extrait ouvre le dernier opus de Nicolas Couchepin. Redoutablement construit il cerne en mêlant fantastique et méticulosité descriptive la vie de ces Mensch – en français, les êtres humains -, lors que les faits et gestes des gens qui sont nos voisins nous paraissent toujours un peu « étranges ».

Le texte se compose de quatres parties, les trois premières décrivent et donnent la parole au père, à la mère et à la fille. On n’entendra jamais le quatrième membre de la famille, Simon le fils trisaumique muet, qui mange de la terre. La dernière partie, la plus importante et fondatrice, est externe aux Mensch, incarnée par Lucie la voisine.

Les chapitres sont habilement reliés par des extraits de journaux qui dévoilent avec parcimonie le drame familial, densifiant l’énigme complexe qui a conduit ces gens au sensationnel évoqué en entame du roman.

Une troisième trame existe, une intersexualité particulière à chacune des parties. Théo le père collectionne des articles de faits divers spectaculaires touchant des familles du monde entier, Murielle la mère essaime des notes sous forme de listes hétéroclites, la fille Marie tient le journal de son mal être et Lucie la voisine révèle sous forme de lettre, la vérité à son fils Nicolas, comme le prénom de l’auteur.

Toute cette construction en pallier, comme les marches qui descendent dans les profondeurs de la maison et des souvenirs de ses habitants, est parfaitement fluide et naturelle. La maison est d’ailleurs un élément fondateur de cette histoire. Elle est vivante, et selon chacun, tour à tour rétrécit, s’élargit ou « tangue à casser les assiettes ». Mais par dessus tout elle abrite une pièce symbolique, centre du fameux drame : la cave. Foyer des événements, métaphore de l’inconscient familial, nid du drame, son évolution raconte trois générations de Mensch. En compagnie de renards, papillons, messagers symoliques qui vont et viennent, le lecteur cotoie ces Mensch solitaires qui vivent ensemble. Introspection et refoulement rythment comblement et déblaiement de la cave. Les meubles aussi voyagent, ils y séjournent un certain temps, tous les objets sont les totems et gardiens des secrets.

De cette valse de la vie, témoin des agissements, accommodements ou souffrance de chacun, une femme observe, qui les a intimement côtoyé, Lucie la voisine. Avant de perdre complètement la tête, elle transmet ses souvenirs et secrets à son fils Nicolas.

Son prénom éclaire cette sombre histoire et illumine le lecteur. On referme « Les Mensch » envoûté par un roman qui parle des « gens », eux… Nous.

Chronique de Christiane Miège

Les Mensch. Nicolas Couchepin , Seuil, ISBN 9782021063295

 

Quatrième de couverture :

« L’histoire des Mensch s’est déroulée dans la rue où vous vivez peut-être. Comme tout le monde, vous avez sans doute plusieurs fois croisé Muriel Mensch, cette femme absolument banale, au tabac du coin. Comme tout le monde, vous avez eu l’occasion de désapprouver le caractère imprévisible de la jeune Marie Mensch, sa fille de seize ans, qui passe son temps à traîner avec un groupe d’ados dont certains sont vos enfants. Comme tout le monde, vous avez compati à la blessure bien visible de Théo Mensch essayant d’inculquer à son fils Simon, “l’idiot du quartier”, l’art de traverser une rue sans se faire écraser. Et comme tout le monde, vous n’avez rien soupçonné. »

 

Nicolas Couchepin est né en 1960 à Lausanne. Il a travaillé comme éducateur avant de se consacrer à l’écriture. Il est l’auteur de trois romans, dont Grefferic (1996) et Le Sel (2000) aux éditions Zoé. Les Mensch est le premier ouvrage qu’il publie au Seuil.

Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
1 pingback on this post
Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved