Uniques de Dominique Paravel

Voilà un jolie découverte de la rentrée littéraire 2013, il s’agit d’un premier roman que j’ai reçu par Les Chroniques littéraires de la rentrée. En fait j’avais choisi deux ou trois autres livres mais à chaque fois il n’était  plus dispo. Je me suis donc rabattu sur celui ci.

J’aimais bien  le titre mais n’étais pas très convaincu epar la quatrième de couverture, lorsque je lis je veux être transportée ailleurs que dans le quotidien banal, triste et déprimant de mes contemporains.

J’ai donc commencé ce roman,  pas convaincue du tout. Et là belle surprise, l’écriture de l’auteur est presque délicieuse, elle est toute en finesse en opposition au quasi désespoir des protagonistes.

Des vies tellement touchantes et vraies, une sorte de mélancolie ressort des personnages, j’ai ressenti une grande empathie pour chacun d’entre eux et l’écriture de l’auteur n’y est pas pour rien.

Ce livre est un petit bijou, avec un sujet que l’on pourrait croire au premier abord banal et très terre à terre Dominique Paravel parsème son roman de poussière d’étoile, une petite touche de quelque chose qui fait que certains passages du livre sont un mélange de réalité difficile voir cruelle et pourtant poétique.

J’ai aimé aussi la manière dont l’auteur relit les hommes et femmes de ce roman. A noter aussi que le « personnage » principal n’est pas celui que l’on croit, il est le point de ralliement des personnages du roman.

En conclusion un très bon premier roman à lire absolument !

 

Chronique de SylvieCerisia

 

Uniques, Dominique Paravel, Serge Safran éditeur, ISBN : 979-10-90175-12-9

 

 

Quatrième de couverture :

Jour de l’Épiphanie, rue Pareille, à Lyon. La vieille Elisa, émigrée italienne, erre entre les rayons du supermarché, Élisée épie sa voisine depuis la fenêtre, Angèle cherche à vendre des forfaits téléphoniques, Violette souffre d’exclusion à l’école, tandis que Jean-Albert procède à des licenciements. Vies fragmentées, parallèles, que rassemble dans son regard d’artiste Susanna, originaire elle aussi de cette rue Pareille qui fait songer à la rue Vilin de Georges Perec.
Dans ce premier roman subtil et audacieux, Dominique Paravel met à nu les mécanismes sociaux : discours creux pour justifier les licenciements, robotisation des standardistes, inepties proférées sur l’art contemporain… Uniques se fait satire sociale et révèle la solitude d’êtres brisés par le monde d’aujourd’hui. Une pointe d’humour, quelques échappées oniriques et une sourde révolte apportent aux habitants de la rue Pareille un peu d’espoir, une humanité certaine et peut-être un autre destin.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin