Délivrez-nous du corps de Dominique Simonnet

Un homme, une femme. Ils se sont aimés il y a plus de vingt ans de cela, ils se retrouvent. Qu’advient-il de l’amour quand le quotidien, en plus de l’éloignement, a tissé sa toile ? Qu’advient-il des sentiments et, conséquemment, du désir ? De leur ensevelissement ou de leur résurgence, quel est le plus grand péril ?

La trame du nouveau roman de Dominique Simonnet (ancien rédacteur en chef de L’Express, homme de télé et écologiste acharné) est on ne peut plus classique, énième variation sur l’amour, la séparation, les retrouvailles et leur cortège de regrets et d’amertume. Du déjà lu ? Au contraire, l’auteur trace son sillon avec élégance et sensibilité pour restituer les cinq jours que vont durer les retrouvailles entre Louis et Miléna en marge d’un salon du livre.

La question de savoir si ces deux-là s’aiment et continueront encore de s’aimer est rapidement réglée, tant l’anthropologue et la libraire apparaissent d’emblée comme enchâssés, incapables de se résoudre à l’oubli de leurs ardeurs adolescentes. Le suspense, si je puis dire, fait long feu, quoique jusqu’au bout le lecteur se demande ce qu’il va advenir de ce couple recomposé quand Louis prendra, comme de prévu, le train du retour.

Le plus séduisant dans le récit tient dans la confrontation de ces deux personnages alourdis par le poids des ans et des désillusions, décidés l’un et l’autre à tout se dire de leurs existences, entre espoirs déchus et renoncements têtus. Un exercice de vérité brûlant, dangereux, à l’issue duquel le titre prend tout son sens. Délivrez-nous du corps. Et de nos souvenirs.

Pour faire simple : l’émotion affleure, le style est impeccable, l’enjeu universel ; une belle découverte pour moi qui ne connaissais pas l’auteur (en tout cas pas son œuvre), une lecture que je recommande sans réserve. Je m’étonne d’ailleurs que ce roman n’ait suscité jusqu’ici qu’un écho timide dans la presse et auprès des critiques. La rentrée littéraire et ses mystères…

Chronique rédigée par Pierre Théobald

Délivrez-nous du corps, Dominique Simonnet. Éditions Plon, ISBN 978-2259221368, 272 pages, 17 euros.

Quatrième de couverture

- Où sommes-nous ? lui dit-il dans un ultime murmure. Sommes-nous chez l’humain ou chez l’animal ?

- Chut… répondit-elle en lui fermant les lèvres. Nous sommes chez nous.

A l’occasion d’un salon du livre, Louis, anthropologue, aventurier, et auteur d’un livre ravageur sur la domination sexuelle, retrouve Miléna, son amour de lycée devenue libraire. Ils décident de se livrer l’un à l’autre et de tout se dire. Deux destins se dévoilent, ballottés entre plusieurs pays. Deux vies, hantées par le 11-Septembre, avec leurs tragédies intimes, leurs renoncements, la passion qui dévore et la jalousie qui tue…

Jusqu’où ce jeu dangereux de la révélation va-t-il les mener ? Peut-on retrouver l’innocence perdue ? En explorant les confins du désir, Miléna et Louis expriment avec violence les désarrois d’une génération qui a hérité de ce cadeau sublime et vénéneux : la liberté d’aimer.

Dominique Simonnet, éditeur, journaliste, est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, dont le best-seller La Plus Belle Histoire du monde (Seuil, 1996) et L’Amour expliqué à nos enfants (Seuil, 2000 avec Nicole Bacharan). Son précédent roman, L’Heure de pointe, est paru en 2010 (Actes Sud).



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin