La confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jérusalmy

La confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jérusalmy

Avec un titre pareil, comment vouliez-vous que je ne saute pas instantanément dessus ? Je veux dire, honnêtement, une confrérie, des livres, ça titille forcément mon besoin maladif d’aventure ! En plus chez Actes Sud, normalement, c’est tout de même une certaine garantie de qualité, un sceau « Méjan approuved » qui fait qu’on n’a pas trop peur de tomber sur un Dan Brown en culottes courtes. Pourtant, le sujet aurait franchement pu s’y prêter. Pensez-donc : Au XIIème siècle, François de Montcorbier dit Villon part pour la Terre Sainte, entraîné dans un complot mondial (enfin, mondial de l’Europe quoi, on est en 1100 et des brouettes) autour de manuscrits, et entre autres d’un manuscrit relatant les dernières paroles du Christ. Autant dire que ça fait tout de même très thriller médiéval qui découvre les sources du christianisme et qui perce le secret de la pyramide du Louvre. Bon, en fait, un peu mais pas trop, ce qui est bien et rassurant.

Pourquoi rassurant, me direz-vous ? Parce qu’il y a certaines maisons qu’on aime, et dont on préfère qu’elles se tiennent loin de l’hystérie et des recettes des best-sellers pour continuer à promouvoir de beaux textes. Qu’on aime ou qu’on aime pas, et je suis loin d’aimer tout ce qui porte le logo Actes Sud, on sait qu’il y a un auteur et un éditeur derrière, pas un canevas à la con préparé par des publicitaires avec un nom connu collé dessus.
La Confrérie des Chasseurs de Livres est un roman très sympa, agréable à lire sans se prendre la tête, plus un roman d’été qu’un roman de rentrée. Et ça fait du bien par où ça passe.

 

Chronique de Reading in the rain

 

La confrérie des chasseurs de livres, Raphaël Jérusalmy, Actes Sud, ISBN 978-2330022617

 

Quatrième de couverture :

François Villon, poète rebelle et brigand condamné à mort, est gracié par le roi Louis xi qui l’envoie en Terre sainte, à la rencontre des chasseurs de livres de la Jérusalem d’en bas, tenter une alliance contre l’omnipotence de Rome. Entre thriller et picaresque, aussi joueur qu’érudit, l’auteur de « Sauver Mozart » met en marche les forces de l’esprit contre la toute-puissance du dogme et des armes, pour faire triompher l’humanisme.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin