Poppy Wyatt est un sacré numéro de Sophie Kinsella

Avec Sophie Kinsella, la reine de la Chick lit c’est l’assurance de passer un délicieux et hilarant moment de lecture avec ses romans.

Dans celui-ci, nous rencontrons Poppy Wyatt qui a un gros souci, elle a perdu la bague de fiançailles familiale que lui a offert Magnus son fiancé.

Poppy Wyatt est une jeune femme, kinésithérapeute de son état, qui doit épouser Magnus, l’homme qu’elle aime, qui vient d’une famille de personnalités du monde de la littérature extrêmement cultivées et assez snobinardes. Poppy cultive donc un sentiment d’infériorité qui va déboucher sur des situations hilarantes et des gags à profusion.

A cela s’ajoute le vol de son téléphone portable au moment où elle en a le plus besoin car elle doit être en contact permanent avec Lucinda, l’organisatrice de son mariage. Ayant trouvé fortuitement un téléphone dans une poubelle, elle va entrer en relation avec Sam, le propriétaire du téléphone, qui est un businessman et qui va se retrouver du coup mêlé à sa vie.


Comme toujours c’est délicieusement mis en scène  les passages drôles se succèdent, c’est de la bonne humeur assurée et un vrai plaisir de lecture.

Les personnages sont délirants mais tellement attachants qu’on ne peut que les adorer.

Poppy Wyatt n’est pas une Becky Bloomwood du tout, mais son personnage est vraiment intéressant car, outre le côté « éléphant dans un magasin de porcelaine » il fait appel à des sentiments qu’on peut tous rencontrer un jour, la sensation de ne pas être à sa place, de ne pas forcement mériter la chance qui nous est offerte.

Magnus semble être le fiancé idéal mais il nous réserve de sacrés surprises.

Sam, lui, va croiser la route de Poppy et découvrir la fantaisie et la patience.

Les personnages secondaires, parents de Magnus, amies-collègues de Poppy, Lucinda, tirent tous leur épingle du jeu et sont parfaitement intégrés au récit, voire jouent un rôle essentiel dans le déroulement de l’histoire.

Les gags, les quiproquos, les situations explosives s’enchaînent, c’est pétillant de drôlerie 

mais on y trouve aussi de l’émotion et le tout fait que c’est un roman qui m’a vraiment tenue accrochée et que j’ai vraiment apprécié.

Je ne peux que recommander ce roman, à lire dans les moments où on a besoin de gaieté  d’humour, de pêche… mais à éviter, pas comme moi, dans les transports en commun sous peine de passer régulièrement pour une folle qui s’esclaffe sans raison…parce que c’est vraiment difficile de ne pas rire en le lisant.


Un immense merci aux Editions Belfond et aux « Chroniques de la rentrée littéraire 2013 » pour cet excellent moment de lecture. 

 

 

Chronique de Delcyfaro 

 

Poppy Wyatt est un sacré numéro, Sophie Kinsella, Belfond , 

 

Le site de l’auteur

Quatrième de couverture :

 

Après Les Petits Secrets d’EmmaSamantha, bonne à rien faireLexi Smart a la mémoire qui flanche et Très chère Sadie, une nouvelle héroïne aussi attachante, drôle et déjantée que les précédentes, ou comment trouver l’amour, le vrai, par les voies impénétrables de la téléphonie mobile. Kinsella, au meilleur de sa forme !
Star mondiale de la comédie, créatrice de la très déjantée accro du shopping, Sophie Kinsella est de retour avec un roman toujours plus hilarant, toujours plus délirant, tout simplement irrésistible.Grosse tuile pour Poppy Wyatt : alors qu’elle doit dîner dans quelques heures avec son futur mari Magnus et les terrifiants parents de ce dernier, pas moyen de retrouver sa bague de fiançailles. Et une cata n’arrivant jamais seule, on vient de lui voler son téléphone.

Miracle : là, dans une poubelle, un portable !
En un rien de temps, Poppy reprend les choses en main :
1. Appeler les copines pour le soutien moral
2. Expliquer à Sam, le dubitatif propriétaire dudit portable, que pitié, c’est juste un emprunt
3. Tenter de joindre Magnus, aux abonnés absents, et Lucinda, l’hystérique organisatrice du mariage, elle aussi étrangement injoignable
4. Prévenir Sam de certains messages compromettants pour sa carrière. Ou pas…
5. RETROUVER CETTE FICHUE BAGUE (sous peine de finir vieille fille)

La mission s’annonce délicate, et il faudra à Poppy une bonne dose d’humour et pas mal de sang-froid pour comprendre que les apparences sont souvent trompeuses et découvrir que l’amour est parfois simple comme un texto…

 

 

 



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin