Lamb de Bonnie Nadzam

A Chicago, David Lamb, quinquagénaire déboussolé par son divorce et la mort de son père, rencontre par hasard Tommie, une pré-adolescente délaissée par une mère qui travaille trop et souffre-douleur de ses copines de collège. Troublé malgré lui par la fragilité de cette enfant, il décide de la prendre sous son aile. Mais, de fil en aiguille, cette amitié particulière aboutit sur un projet d’escapade. Lamb veut lui offrir des vacances dans le chalet qu’il possède dans le Midwest, des vacances qui doivent rester secrètes…

Malgré son nom, David Lamb n’est pas un agneau. S’il peut paraître gentil et attentionné de prime abord, on découvre, au fil des pages, un manipulateur, beau parleur et menteur. L’agneau, c’est Tommie, la fillette qui s’attache à cet homme qui prend soin d’elle. Leur relation met mal à l’aise et pourtant Bonnie NADZAM se garde bien d’être explicite. Nulle scène à caractère sexuel, nul attouchement, tout juste un baiser, mais une atmosphère lourde de ce qui n’est pas dit.
Un roman qui aborde un thème délicat sans tomber dans le voyeurisme mais le parti pris de ne jamais évoquer le ressenti de la fillette fait planer une suspicion sur les intentions de l’auteure. Malgré son passé douloureux, malgré ses justifications, David Lamb est inexcusable!
Dérangeant et percutant, ce récit ne laissera personne indifférent. A découvrir.

Chronique de Sandrine F

Lamb, Bonnie Nadzam, traduit par Cécile Chartres, Fayard, ISBN 978-2-213-66888-8

Quatrième de couverture :

Dans la banlieue de Chicago, là où les impasses résidentielles s’achèvent sur le mur qui protège l’autoroute, Tommie, onze ans, des dizaines de taches de rousseur et une mère qui ne la surveille pas, rencontre Lamb, la cinquantaine et qui traverse une mauvaise passe. On ne saurait parler d’amitié entre deux êtres séparés par une telle différence d’âge. D’emblée Lamb endosse le rôle d’une sorte de jeune grand-père, ou de vieil oncle, un peu pontifiant, un peu donneur de leçons.
Mais, des leçons, la fillette n’en a sans doute pas reçu assez, et elle écoute Lamb avec plaisir lorsqu’ils se donnent rendez-vous après l’école pour manger un hot-dog. C’est lui qui suggère qu’ils quittent la ville tous les deux. Il a un chalet dans la montagne, loin, au-delà des grandes plaines du Midwest, où ils pourront vivre au grand air. Elle le soupçonne parfois d’affabuler, pourtant un beau jour ils partent bel et bien.
Elle n’a rien dit à ses parents mais ce n’est pas grave. Ce sera leur secret à tous les deux. Ils ne devaient passer que quelques jours ensemble, ils resteront au chalet plusieurs semaines. Parfois Tommie doit se cacher dans l’atelier, afin que les rares visiteurs qui troublent leur retraite n’aillent surtout pas se faire des idées. Et, seule, dans le froid, elle tente de se persuader que Lamb, en toutes circonstances, n’agit que pour son bien.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin