L’île invisible de Francisco Suniaga

L’île invisible de Francisco Suniaga

Si Edeltraud Kreutzer a quitté son vieux mari, trop fatigué pour voyager, et le froid hivernal de l’Allemagne, ce n’est pas pour profiter du climat tropical, des plages de sable blanc et des eaux transparentes de Margarita. Pour elle, la « perle des Caraïbes » n’est pas le paradis dont rêvent les touristes européens, mais le petit bout d’enfer où son fils Wolfgang est mort noyé. Et si elle a entrepris ce long voyage, c’est pour éclaircir les circonstances de ce décès. Wolfgang était jeune et bon nageur, comment a-t-il pu se noyer alors que, selon les témoins, il n’avait de l’eau que jusqu’à la taille ? A-t-il été éliminé par sa femme et son amant comme l’affirme la lettre anonyme qu’elle a reçue ? Pour pouvoir faire son deuil, Edeltraud a besoin de réponses mais, seule dans un pays auquel elle ne comprend rien, ses chances sont minces. Sur les conseils du vice-consul, elle engage José Alberto Benitez, avocat idéaliste et désargenté, qui va l’aider à voir, derrière l’image de carte postale, le vrai visage de l’île.

Une petite île des Caraïbes, rattachée au Vénézuela…Chacun vient y chercher le bonheur sur terre dans un décor de rêve. Pour Wolfgang Kreutzer, il s’agissait de suivre sa ravissante et ambitieuse épouse qui avait eu le coup de foudre pour le sable chaud, les palmiers et la douceur de vivre. Mais tandis que Renata s’épanouissait sous le soleil des tropiques, Wolfgang connaissait le doute. Margarita, incompatible avec son tempérament allemand, a causé sa perte. Derrière l’île paradisiaque, se cache une autre île, une île invisible faite de violence, de crimes et de sang. C’est cette île qui a perdu Wolfgang. Le rêve de sa femme n’était pas le sien et il a eu besoin de se trouver un but, une passion et ce furent les coqs. D’abord réticent, il a fini par être englouti par ce monde brutal et cruel sans trouver le recul et l’indolence nécessaires pour s’impliquer sans se perdre. Les découvertes de l’avocat Benitez au fil de son enquête dévoilent un homme détruit par sa quête, celle de lui-même, celle de la perfection, celle de vivre à fond.
Si quelquefois, on se perd dans les considérations philosophiques et même psychiatriques de l’avocat-enquêteur, il n’en demeure pas moins que L’île invisible agit comme un envoûtement sur le lecteur. On se croirait dans les rues de Porlamar ou d’Asuncion, on en ressent la chaleur moite, on en découvre la violence derrière la nonchalance, les vices derrière les sourires. Une belle réflexion sur le sens de la vie, la recherche du bonheur confrontés à la réalité souvent cruelle. Un beau et grand roman.

Chronique de Sandrine F. 

L’île invisible, Francisco Suniaga, Asphalte, ISBN 978-2918767336

Quatrième de couverture :

Margarita : un paradis caribéen pour touristes européens. Edeltraud Kreutzer, originaire de Düsseldorf, se rend sur cette île pour comprendre les circonstances de la mort de son fils, Wolfgang, retrouvé noyé sur la plage où il tenait un bar. Perdue dans cet environnement radicalement étranger, elle fait appel à José Alberto Benítez, un avocat local qui va l’aider dans ses démarches. Leurs recherches mettront au jour une autre île, bien éloignée des hôtels all-inclusive : la Margarita de la jungle bureaucratique, des passe-droits en tout genre, mais aussi celle des combats de coqs qui ont tant fasciné Wolfgang…



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin