Le fils de Sam Green de Sibylle Grimbert

Somptueux appartements sur Park Avenue, villas au bord de la mer, yachts pour les parties de pêche, grosses berlines allemandes, vêtements et chaussures sur mesure … Il avait tout cela et bien plus encore. Il était le prince de New-York puisqu’il était le fils du roi de la finance, le fils de Sam Green. Son nom lui ouvrait toutes les portes, lui offrait tous les privilèges, attisait envies et convoitises. Mais cela, c’était avant … Avant que la bombe explose et éclabousse d’opprobre ce nom qui jusque-là était synonyme de réussite. Le discret Sam Green était un escroc à la tête d’une fragile pyramide qui s’est effondrée comme un château de cartes, provoquant ruines, suicides et procès en série. Depuis Sam Green est en prison et son fils, désigné comme son complice, brisé, haï par tous, s’interroge sur sa vie, ses choix, ses doutes, ses lâchetés, ses faiblesses.

Largement inspiré de l’affaire Madoff, Le fils de Sam Green nous entraîne dans la descente aux enfers d’un homme qui avait tout et qui a tout perdu. Riche par la naissance, adulé par tous, il se retrouve seul et honni du jour au lendemain. Victime d’un père qui l’a compromis ou témoin consentant d’une vaste escroquerie ? Le fils avait des doutes mais il aurait fallu du courage pour chercher plus loin que les vagues doutes qui l’effleuraient parfois. Alors il a fermé les yeux, fait taire sa conscience pour profiter du système et de ses avantages. A l’heure du bilan, le fils de Sam Green se remet en question et ce qu’il découvre de lui-même n’est pas glorieux. Il aurait pu choisir sa propre voie, il aurait pu dénoncer, il n’a pas voulu renoncer à l’argent facile…
Fine analyse d’un milieu privilégié frivole en apparence mais profondément cruel, Le fils de Sam Green est un roman passionnant, décrivant sans concessions la jungle capitaliste. Mais c’est aussi et surtout un roman sur la filiation, sur cette relation ambiguë parfois qui unit un père et son fils, faite de rivalité, de désir de faire ses preuves, de recherche de l’approbation et qui souvent aboutit à « tuer le père ». Une belle réussite, bien documentée et très aboutie.

Chronique de Sandrine F. 

Le fils de Sam Green, Sibylle Grimbert, Anne Carrière édition, ISBN 978-2843377099

Quatrième de couverture :

Dans Le Fils de Sam Green, Sibylle Grimbert nous invite dans l’intimité d’une famille. Un fils vient de perdre foi en son père. Et alors que sa croyance s’écroule, il doit affronter une question létale : a-t-il été une victime, parmi d’autres, d’un égoïste, ou a-t-il été, par égoïsme, le complice d’un bourreau ? Voici un thème classique, puissant, où l’auteur déploie son talent pour la capture d’instants fugaces, l’entrelacement signifiant des non-dits, et la maîtrise du drame familial. Mais ce Sam Green n’est autre que Bernard Madoff, et Sybille Grimbert, une puissante vigie.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin