Wunderkind de Nikolaï Grozni

Ce premier roman est un récit époustouflant et terrible des deux dernières années de formation d’un « Wunderkind » du piano dans le conservatoire de Sofia, juste avant la chute du communisme. Portrait halluciné de trois jeunes talents que l’école et le régime sclérosés vont briser, galerie grinçante et sans concession des professeurs à la botte du système, et des élèves réduits à l’état de moutons, sans oublier l’entourage familial aussi moribond que la société Bulgare de cette époque.

Le grand sujet de ce récit, mené tambour battant au rythme des sonates de Chopin, réside dans l’analyse et la perception intérieure de la pratique de la musique comme rédemption. Konstantin, l’indomptable Irina, dont il est amoureux, et Vadim l’inégalable, illuminent ce roman happé par les ténèbres. Face à la médiocrité ambiante, promis à un avenir qui ne s’ouvre que pour les meilleurs éléments du système, les âmes talentueuses et sensibles s’épuisent d’orgueil dans la révolte et l’ivresse des sens. L’adolescence géniale et pétrie d’idéal brave les dangers et danse sur une corde aussi vibrante que celle d’un archet. Le désir de contrôle du parti martèlent les études de Bach. Les coups tombent de toute part jusqu’à la destruction des adolescents en quête d’absolu.

Le rythme de la narration emporte, vrille, prélude, tout est là, mais rien n’est jamais possible vraiment. Les aspirations à la liberté, au sublime de la musique, soutenues par la langue baroque et le vocabulaire lyrique de Nikolai Grozni, convient le lecteur au plus beau des concerts. La dernière note résonne encore, que le livre refermé vibre de ces destins habilement croisés. Vous avez dit Wunderkind ?

En ancien prodige, passé par la pratique bouddhiste. Nikolai Grozni signe une œuvre à hauteur de son parcours personnel. Une quête obsédante, complexe, de la liberté humaine.

« Le seul remède à la haine est l’amour … l’art …

J’ai commencé à écrire en Inde, où j’ai vécu cinq ans dans un monastère bouddhiste. Je n’avais alors pas de piano, mais j’avais un stylo. »

N.G.

Chronique de Christiane Miège

Le site de l’auteur

 

Wunderkind, Nikolaï Grozni, Plon , ISBN 978-2259218184

 

Quatrième de couverture :

 

Sofia, Bulgarie. Dans deux ans, le mur de Berlin s’effondrera, et le rideau de fer avec lui. Mais pour l’instant, c’est sous l’oppression du régime communiste que Konstantin, quinze ans, prodige du piano, tente de respirer. Intelligent et orgueilleux, sensible et cruel, Konstantin ajoute à la somme des paradoxes de l’adolescence les déchirements de l’artiste surdoué, balançant entre le désir brûlant d’être le meilleur et l’irrésistible tentation de l’échec et du danger. Ce livre résonne, souffle, chante, fracasse, virevolte et court, ralentit, s’emporte, c’est un concert, une rhapsodie. Dont on guette les variations comme autant de rebondissements. À travers cette écriture survoltée et ardente, Nikolai Grozni porte un regard vibrant sur cette période sombre, ce laminage. Et donne la mesure d’un talent époustouflant, véritablement virtuose. Un hymne rock’n roll à la beauté, à la provoc et au talent. Une vraie révélation.  » Wunderkind réveille tous les sens. La prose miroitante et viscérale de Nikolai Grozni déferle telle une symphonie, avec un piano à queue pour machine à écrire infernale.  » Patti Smith

Voter : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...

Votez pour soutenir ce livre pour le Grand Prix Littéraire du Web
1 pingback on this post
Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

A propos

Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère littéraire :
chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année.
En regroupant 300 bloggeurs
littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant à chaque livre d’être lu
par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.

Chroniques de la rentrée littéraire © 2014 All Rights Reserved